REFLEXION

OULED-BOUGHALEM: Quand le vase déborde, le pneu brûle



OULED-BOUGHALEM: Quand le vase déborde, le pneu brûle
Comment désirez-vous appeler ce phénomène de protestation ? Le syndrome de Boudouaou? Le complexe d’El Goléa ? La réalité est là et la contamination aussi. Jadis connue pour son calme, la wilaya de Mostaganem devient à l’instar des autres, une wilaya protestataire. Quelles en sont les raisons de la rébellion d’une frange de la population sur un territoire qui, dit-on, était bien pris en main ? Loin s’en faut ? A Ouled Boughalem, extrême-est de la wilaya, la goutte a fait déborder le vase et les pneus étaient là. La fumée noire que dégageaient les boyaux pneumatiques de toutes dimensions, hier matin, a reçu l’aval et l’approbation des aînés. Il n’y a plus rien à cacher. Le ras-le-bol d’El Bayadh, d’El Goléa et d’Adrar est le même partout quand il s’agit de mal vie, de chômage, de logement et autres difficultés quotidiennes des citoyens. Ouled Boughalem ne fait pas exception. Pour en savoir plus sur ce qu’endure le citoyen d’Ouled Boughnem dans la commune de Khadra, un coup d’œil furtif à Ouled Hadj Ali vous fera revenir à une ère qui croyait-on révolue. C’est encore des toits d’argile et de chaume sur des gourbis jaunis que l’on aperçoit encore sur les pages jaunies des manuels d’histoire. Ils sont encore là les gourbis ! Les gourbis historiques, jadis refuges de la prestigieuse Armée de Libération Nationale sont légion dans les environs des Grottes de Nekmaria, plus connues par les grottes du Dahra où les généraux français s’enorgueillirent des enfumades. Les incidents d’hier ne sont point fortuits, car si à Mostaganem, des statues, une peinture rouge et noire et de beaux ronds-points, dans les environs d’Ouled Boughalem, il n’est demandé qu’un accès à son gourbi. Un semblant de route. Une petite occupation aussi dans la mesure du possible, même un vrai emploi. Mais surtout un peu de considération de la part de l’administration quand il s’agit de l’argent du contribuable et du peuple. Sans nul doute, à l’instar de toutes les communes d’Algérie, Ouled Boughalem a surement bénéficié des avantages de la manne pétrolière, mais rien ne fait apparaître le bénéfice de cette manne sur le quotidien de la population. Et pourtant… Les pneus qui fument sont la suite presque logique d’une protesta d’abord écrite puis vérifiée. Une protesta formulée en lettres dénonciatrice d’une mauvaise gestion de l’argent public et qu’une commission diligentée par l’Inspection Générale de wilaya en a établi le rapport, il y a de cela quatre à six mois. Et puis, comme rien ne filtrait à l’époque et que la transparence était un terme tabou, les citoyens en attente de points sur les ‘’i‘’ se sentirent bernés par ceux-là qui devaient remettre le wagon sur les rails. Les temps ont changé, les commissions peuvent être créées en un tour de main pour rendre à César ce qui appartient à César et agir réellement. Soit dit en passant que la commune de Mansourah a connu le passage de la même commission et que rien n’a filtré depuis plusieurs mois. Pire que l’enfumage de pneus, des citoyens dépités quittent définitivement leurs douars, contrairement à la politique prônée par le gouvernement, pour regrossir les villes et villages déjà grossis et débordés par l’exode rural qui dure depuis bien longtemps. La protestation d’Ouled Boughalem, surement réfléchie depuis bien longtemps, n’aura par les temps qui courent avec la clarté et la limpidité de cristal que veut donner à la gestion de l’argent public M. Ouadah Hocine, le wali de Mostaganem, qu’un impact limité dans le temps et l’espace. Espérons que la sagesse prévaudra et que le dialogue soit renoué entre l’administration et l’administré.

Réflexion Réflexion
Lundi 29 Novembre 2010 - 11:02
Lu 1030 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 10-12-2016.pdf
3.37 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+