REFLEXION

OULED BESSAM - TISSEMSILT : Les enfants de Yazro utilisent les bêtes pour se rendre à l’école

La situation au douar de Yazro dans la commune de Ouled Bessam a peu évolué durant les dernières années, la marginalisation se montre dans toutes ses formes notamment dans le secteur de l’éducation, cette bourgade est paupérisée à l’extrême et la situation ne cesse de se dégrader au point où chaque beau matin, l’image des petits chérubins sac au dos sur des bêtes ou à pieds nous fait remonter très loin dans l’histoire de notre pays qui venait de sortir d’une guerre coloniale.



OULED BESSAM - TISSEMSILT : Les enfants de Yazro utilisent les bêtes pour se rendre à l’école
Chaque jour que Dieu fait, des dizaines de ces petits écoliers se rassemblent à la sortie du douar pour prendre ensemble la route de l’école sur une distance de plus de dix kilomètres en aller retour pour rallier leurs établissements scolaires respectifs, l’image illustre sans la moindre équivoque le degré de souffrance qu’endurent les scolarisés de Yazro depuis la fermeture de l’école dont les responsables ont dépensé tant d’argent pour la restauration, certains avancent que le nombre des scolarisés est inferieur pour rouvrir cette école, d’autres affirment que ces enfants ont le droit à la scolarité et par conséquent leur assurer le transport scolaire est une obligation, ce dernier qui s’est avéré insuffisant pour servir les scolarisés de la wilaya se résume en chiffre par la disponibilité de seulement 145 bus et comme un mal ne vient jamais seul, le transport pour les écoliers de ce douar n’est encore pas dans le programme des responsables du moins pour cette année scolaire, une situation qui n’était pas sans faire bouger la population particulièrement avec la rentrée en force de la saison hivernale, les parents d’élèves tiennent à préciser au premier responsable de la wilaya qu’il y a des informations erronées concernant leur douar et que les habitants notamment les écoliers sont condamnés par tant d’années de négligence et de marginalisation à pourrir de l’intérieur à cause de ces problèmes qui sont l’infime petite partie apparente d’un laisser aller qui malheureusement fait leur quotidien depuis des lustres, d’où à la fin, ils interpellent le premier responsable pour dénoncer cette situation intenable et espérer trouver en lui une bonne compréhension pour ces petits enfants.

A.Ould El Hadri
Lundi 21 Janvier 2013 - 00:00
Lu 251 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+