REFLEXION

OUBLIANT SES CAMPAGNES PROVOCATRICES CONTRE L’ALGERIE : Le Maroc appelle à nouveau à la réouverture des frontières



Le Maroc a appelé à nouveau, par le biais de son ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Mebarka Bouabda, l’Algérie à ouvrir la frontière avec le Maroc fermée depuis 1994, et de ce fait , il est inadmissible de constater que Rabat a immédiatement  oublié les différentes campagnes de dénigrements et de provocations qu’elle avait mené contre l’Algérie, la plus récente, celle d’avoir accusé à tord l’Algérie d’avoir expulsé des refugiés syriens vers le territoire marocain.  En effet, dans une politique  à deux poids, deux mesures, la diplomatie marocaine a appelé à un dialogue pour faire fondre la glace accumulée entre les deux pays, La diplomate marocaine, Bouabda a déclaré dans une interview accordé au  magazine « Jeune Afrique », publié avant-hier, en réponse à une question sur la possibilité de tourner la page des relations algéro-marocaines, après les élections du 17 avril prochain,  et l’enregistrement d’un nouveau départ entre les deux pays, que « je l’espère de tout mon cœur l’aboutissement de changements positifs en Algérie, et le plus important encore, que ce rendez-vous électoral aura un impact positif sur les relations algéro-marocaines ». Pour ce qui concerne, le dossier  des frontières entre les deux pays, la jeune ministre s’est alignée sur les mêmes approches adoptées par les responsables à Rabat,  se contentant de dire que le « Maroc est toujours exigeant pour la réouverture de ces frontières ». Elle a  ajouté, qu’il existe des problèmes de relations de bon voisinage avec l’Algérie, mais par le dialogue, on peut résoudre tous les problèmes, et surmonter toutes les différences ». Mebarka Bouabda, est revenue sur la propagande  d’une « nouvelle »  politique de voisinage maghrébin que le Roi du Maroc a prôné récemment, affirmant qu’ « il est temps de développer une nouvelle politique de bon voisinage dans la région du Maghreb », qui selon elle, pourra résoudre le problème du Sahara occidental,  en ignorant le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination. La ministre marocaine n’a pas évoqué un seul instant lors de son interview, le crime commis par le Makhzen à l’encontre de l’Algérie au mois de novembre dernier, lorsqu’un jeune homme appartenant à une organisation liée à Mohamed VI,  avait pris d’assaut le consulat d’Algérie à Casablanca où il a arraché sans vergogne l’emblème national.  

Touffik
Samedi 8 Février 2014 - 18:09
Lu 2288 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+