REFLEXION

OU SE SITUE LE ROLE DE LA DAS, DE L’APC ET DES ASSOCIATIONS? : Propagation du vagabondage à Tissemsilt

A l’instar d’autres villes d’Algérie, les malades mentaux et SDF sont de plus en plus nombreux à sillonner les artères de la ville de Tissemsilt et occuper certains de ses lieux au grand flux citoyen.



OU SE SITUE LE ROLE DE LA DAS, DE L’APC ET DES ASSOCIATIONS? : Propagation du vagabondage à Tissemsilt
En effet, depuis quelque temps et malgré le froid qui caractérise la saison, les citoyens de cette ville ont certainement remarqué le nombre grandissant des malades mentaux et des sans domicile fixe, et vu les situations socio- professionnelles très difficiles que traversent certaines couches de notre société,  ce phénomène pourrait ne pas être aborder de la manière qui incrimine les responsables concernés, mais à constater l’inertie des responsables, le degré qu’a pris ce phénomène et les dangers que représentent certains dépressifs sur la vie des citoyens sans qu’on songe sérieusement à mettre un plan d’urgence pour prendre en charge ces personnes, on ne pouvait passer sous silence un sujet qui est devenu la discussion quotidienne des citoyens, on les rencontre partout errant sans but apparent ou bien positionnés dans des endroits où le flux des citoyens est conséquent tels les mosquées, les entrées des marchés, les pharmacies, etc. Certains de ces laissés pour compte mendient devant ces endroits au vu et au su des responsables particulièrement ceux de la DAS errent comme s’il n’existe plus d’affaires sociales dans cette ville, pire encore, à l’exception de certaines actions occasionnelles, le mouvement associatif semble se joindre à l’état d’inertie des responsables. Depuis le début de la vague de froid, le mouvement associatif s’est doublement enveloppé de couvertures au moment où des dizaines de personnes venues de nulle part, vêtements sales lacérés, visages crasseux et parfois agressifs sont exposés au rude froid notamment la nuit, les exemples ne manquent pas, la situation de ces personnes porte à croire qu’aucun programme n’est conçu pour éradiquer ce fléau ou même les opérations de ramassage de ces SDF qui dissuaderont sans doute les faux mendiants et les nouveaux professionnels de la mendicité. Ce dysfonctionnement flagrant dans les priorités des responsables concernés tels ceux de la DAS , l’APC, les associations etc est une réalité constatée sur le terrain, une situation qu’ il faut impérativement la rattraper en élaborant une vraie stratégie à court et à long terme en vue d’éradiquer ce fléau qui ne cesse de prendre de l’ampleur encouragé dans cela par ce vide juridique constaté dans la prise en charge de ces cas sociaux d’une part  et par l’inconscience et l’irresponsabilité de certains « responsables »  d’autre part. Par ailleurs, les citoyens qui voient en la présence parmi eux de ces malades, interpellent les responsables concernés tels l’APC, la DAS, ou encore les services de la wilaya afin de prendre au sérieux ce phénomène qui dépasse les faits divers et risque d’avoir des conséquences fâcheuses et regrettables si rien n’est fait dans ce sens. 

A.Ould El Hadri
Mercredi 27 Février 2013 - 09:37
Lu 387 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+