REFLEXION

ORAN : Une vieille femme délestée de ses bijoux par un faux mendiant



Le représentant du parquet général près la cour d’appel près la cour de justice d’Oran a requis, avant-hier, une peine exemplaire à la prison ferme à l’encontre d’une personne âgée d’une trentaine d’années pour son implication dans plusieurs affaires d’agressions. Ce dernier utilise des astuces d’escroquerie pour piéger ses victimes parmi les bienfaiteurs, déclarant que sa mère est atteinte d’une maladie chronique et nécessite une intervention chirurgicale pour mettre en œuvre son plan criminel, parmi ses victimes, dont une vieille femme qu’il avait dépouillée de ses bijoux d’une valeur de 200 millions de centimes après qu’il se soit rendu chez elle dans son domicile, pour lui demander de l'aider, où il  l’avait surprise dès qu’elle lui a ouvert la porte, par lui arracher un bijou rare et couteux. L’accusé a été déjà condamné par le tribunal de première instance à une peine de 03 ans de prison ferme pour le délit d’escroquerie et vol avec violence. Les faits de cette affaire remontent au mois de Juin dernier où les éléments de services de la 6ème Sûreté urbaine avaient reçu une plainte déposée par une vieille femme expliquant avoir été victime de vol par violence par un jeune homme qui a frappé à sa porte se faisant passer pour un mendiant au motif qu'il avait besoin d'une aide financière pour assurer à sa mère une intervention chirurgicale d'urgence. Au reçu de l’information, une enquête approfondie a été immédiatement ouverte par les éléments de la brigade qui se sont référés à l’une des caméras installée à l’entrée de l’une des villas à proximité, suite à laquelle ils ont réussi à identifier  l’auteur, puis à son arrestation où il a été soumis à un interrogatoire, suite auquel il a été démontré que le suspect avait plusieurs affaires sur son dos menées à travers plusieurs quartiers où il se faisait passer pour un mendiant en frappant aux portes des domiciles des bienfaiteurs notamment les femmes seules afin de les surprendre . Dés que ces dernières  ouvrent  la porte, il les menace de mort afin de lui remettre leurs bijoux. L’accusé malgré qu’il ait été pris en flagrant délit par la caméra, a tenté devant le tribunal de nier les faits qui lui sont reprochés.               

Touffik
Samedi 15 Août 2015 - 17:18
Lu 527 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+