REFLEXION

ORAN : Un septuagénaire achète un bien foncier à 3 milliards avec un faux acte de propriété !

Le représentant du Parquet Général près la Cour d’appel d’Oran, a requis la peine de 5 ans de prison ferme à l’encontre d’un quinquagénaire, émigré en France, qui active dans le courtage, pour son implication dans une affaire d’escroquerie, et a à son compte plusieurs victimes. La dernière en date, une vieille personne, âgée de 70 ans, qui lui a vendu une propriété foncière affirmant qu'il a hérité de son père, contre une somme d'argent estimée à plus de 3 milliards en échange d’un faux contrat de propriété, provoquant ainsi à la victime, un handicap permanent en raison d’un choc qui lui a fait subir une paralysie et une maladie chronique, le diabète. Rappelons que le tribunal de première instance avait condamné auparavant l’accusé à une peine de 5 ans de prison ferme pour le délit d’escroquerie et de faux et usage de faux d’un document officiel.



Les faits de cette affaire remontent au mois de février dernier où les services  de la Sûreté  d’Ain Beida, ont reçu une notification par le staff médical exerçant au niveau du service des urgences médicales sur l’admission d’une personne âgée se trouvant dans un état de santé inquiétant ayant une paralysie totale après son évacuation en urgence de la région d’Ain Beida. Sitôt,  les services de sécurité ont entrepris une  enquête approfondie, notamment après la réception d’une déposition de plainte par les enfants de la victime, dans laquelle ils ont expliqué que leur père a eu ces problèmes de santé en raison de la perte d’une somme importante d’argent qu’il  avait remis à un courtier, vivant en France qui lui avait vendu un bien immobilier situé dans la région oranaise, affirmant qu'il a hérité de son père. La victime découvrit tardivement que l’acte de propriété était falsifié. Après le rétablissement progressif de l’état de santé de la victime, les éléments de la brigade de recherches et d’investigations ont lancé une enquête approfondie dans cette affaire, où il a été constaté que la victime avait agi en fonction d’une information publicitaire publiée sur l’un des journaux qui concerne la mise en  vente d’un bien immobilier  appartenant aux héritiers dans la région d’Ain Beida. Intéressée par l’offre, la victime contacte l’indélicat courtier par téléphone à son numéro porté sur l’annonce, où ils se sont mis d’accord pour lui vendre sa part du foncier qu’il avait hérité de son père, du fait qu’il est émigré en France. Selon les éléments de l’enquête, l’inculpé a ramené 3 femmes porteuses de cartes d’identité nationale où il s’est avéré après une expertise scientifique auprès du laboratoire régional de la police scientifique, qu’elles étaient falsifiées. Les trois femmes n’avaient absolument aucun lien de parenté avec l'accusé, mais elles vivent à l’étranger, et elles ont connivé avec lui, pour mettre en confiance la victime en se faisant passer pour les sœurs héritières, en échange  d'une somme d'argent considérable pour cette opération d’escroquerie. Par ailleurs, l’enquête approfondie menée par les services de sécurité a mené à l’identification de l’accusé principal  qui a été arrêté et soumis à l’interrogatoire. Lors de l'audience, l'accusé a nié les faits portés contre lui, affirmant qu'il ne s’est pas mis d'accord avec la victime pour lui vendre sa part, prétextant qu'il y a une autre personne qui a usurpé son identité afin de l’impliquer dans cette affaire. 

Touffik
Samedi 30 Mai 2015 - 17:34
Lu 613 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+