REFLEXION

ORAN : Un ‘’muezzin’’ arrêté pour le vol d’un véhicule



Le représentant du parquet général près la cour d’appel de justice d’Oran, a requis 01 an de prison ferme,  la même peine prononcée précédemment à l’encontre d’un jeune homme âgé d’une trentaine d’années qui assume la fonction de muezzin au niveau d’une mosquée au quartier USTO, pour son implication dans une affaire de vol d’un véhicule d’un citoyen au niveau du même quartier.  Les faits de cette affaire remontent au mois de juin dernier, où une personne s’est rapprochée des services de la Sûreté à l’USTO, en vue de déposer une plainte officielle concernant le vol de son véhicule qu’il avait stationné en face d'un magasin au même quartier et à son retour il a été surpris par sa disparition. Au reçu de la plainte, des investigations ont été lancées par la brigade de recherches et d’investigations (BRI), au sujet de cette affaire, leur permettant en un temps record la découverte du véhicule volé, stationné  dans une ruelle au quartier de la nouvelle ville,  ce qui a conduit également à l’arrestation du voleur pris en flagrant délit alors qu’il tentait de monter à bord du dit véhicule. Conduit au siège de la Sûreté pour audition, il s’est avéré lors du contrôle d’identité que le suspect n’est autre que le muezzin de l’une des mosquées à Hai USTO. Selon ses déclarations le jour de l'incident, ce dernier qui était à pied, dit avoir trouvé un lot de clefs jetées par terre, alors il a eu l’idée de les essayer sur les voitures garées sur le lieu, où, par un pur hasard,  il réussit  à ouvrir l'un des véhicules qu’il avait ramené en le conduisant vers le quartier de la nouvelle ville pour faire quelques courses, et selon ses déclarations. Le suspect assure qu’il aurait voulu remettre le véhicule  à son endroit et informer son propriétaire à ce sujet, une déclaration faite par l’accusé avant-hier devant le tribunal, mais l'enquête a révélé que l'accusé avait bien planifié cette affaire de vol, dès l’instant où il a trouvé les clefs du véhicule,  pour se diriger ensuite vers le quartier de la nouvelle ville afin de se mettre d’accord avec l'un de ses partenaires dans le but de vendre la voiture dans l’un des marchés aléatoires. Quant à la défense de l'accusé, elle avait demandé l’acquittement de son client en vertu des crises d'épilepsie dont il souffre, selon le témoignage d’un certain nombre d’Imams, notamment sa gentillesse et sa bonne moralité, affirmant que ce qu'il avait fait, a été causé par son absence de prise de conscience.   

Touffik
Mardi 11 Août 2015 - 16:48
Lu 493 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+