REFLEXION

ORAN : Un jeune enfonce un poignard dans la gorge de son voisin



Le tribunal criminel près la Cour de justice d’Oran a prononcé, en fin de semaine, une peine de 07 ans de prison ferme, assortie d’une amende à l’encontre du dénommé B.H, âgé de 29 ans, qui a été poursuivi pour tentative d’homicide contre un quadragénaire, victime d’une grave blessure au niveau du cou, le privant ainsi de l’usage de la parole pendant toute sa vie, où il a été reconnu coupable de délit de coups et blessures volontaires avec utilisation d’une arme blanche et violation de domicile. Les faits de cette affaire selon leur déroulement en audience, remontent à la date du 23 octobre 2014, au douar « Sellatna », située en région de Boufatis, à Oran, où le frère de la victime s’est rapproché des services de sécurité en vue de déposer une plainte, précisant la présence d’une violente agression contre son frère, perpétrée par l’accusé qui s’est infiltré pendant la nuit à l’intérieur de leur domicile, et a réussi à s’enfuir au moment où les membres de la famille se sont réveillés, de peur qu’il ne soit  appréhendé.  Réagissant immédiatement, le père de famille se rend chez les parents du suspect pour les avertir sur les agissements inacceptables de leur fils qui a eu l’audace de faire irruption à l’intérieur de son domicile en état d’ivresse. Jugeant cette réclamation de déplaisante par le suspect, les deux parties s’en prennent à une altercation verbale suivie d’une bagarre aux coups de poings, où l’accusé se trouvant dans un état hystérique, est allé jusqu’à poignarder la victime dans le cou, la blessant grièvement au niveau de la gorge, ce qui a nécessité son transfert vers l’hôpital, où elle est restée alitée pendant 12 jours, après avoir subi une intervention chirurgicale, suite à laquelle elle avait obtenu une incapacité de 80%, du fait qu’elle avait perdu l’usage de la voix. Après l’incident, suivi de la plainte, les services de sécurité ont ouvert une enquête approfondie qui a conduit à l’arrestation du suspect qui s’est retrouvé derrière les barreaux, écroué sur ordre du procureur de la République. Au cours de son procès, l’accusé a déclaré en audience qu’au moment des faits, il se trouvait en légitime défense après avoir reçu une gifle de la victime, ce qui l’avait contraint à saisir une plaque en fer, et a répliqué, tout en niant avoir utilisé un poignard, une thèse sur laquelle s’est appuyée sa défense lors de sa plaidoirie, en demandant la requalification des faits de tentative d’homicide, en coups et blessures volontaires du fait qu’il était en légitime défense, tandis que la victime a affirmé avoir reçu un coup de poignard par l’accusé, lui entrainant une grave blessure au niveau de la gorge, ce qui lui a valu en conséquence, la perte de l’usage de la voix pour le restant de sa vie, et le comble, est que cette dernière a pardonné à son bourreau devant le tribunal. De son côté, le représentant du parquet général a déclaré lors de son réquisitoire que toutes les preuves sur la présence de la responsabilité de crime de tentative d’homicide, ainsi que les délits de coups et blessures volontaires et violation de domicile, sont palpables, et ce à travers les preuves apparues au cours de  l’enquête, en plus du rapport de l’expertise médicale qui démontre une incapacité physique de la victime, à cause du coup de poignard qu’elle avait reçu par l’accusé, et suite auquel il a été requis une peine de 10 ans de prison ferme contre l’accusé. Après délibération, le tribunal a prononcé la peine ferme citée supra.     

Touffik
Dimanche 11 Octobre 2015 - 18:18
Lu 370 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+