REFLEXION

ORAN : Plus de 4 % des filles scolarisées en cycle secondaire fument



Il a été recensé à Oran que plus de 4 pour cent des filles dans le  cycle secondaire qui consomment du tabac à Oran, a révélé, jeudi, le chef du service de la prévention à la direction de la santé et de la population. En outre, le Docteur Dharib Larbi Louaje a déclaré en marge d'une réunion de sensibilisation sur la lutte contre le tabagisme au profit des stagiaires de l’Institut de formation professionnelle, au quartier "el Otmania" Oran,  « qu’une étude sur le tabagisme en milieu scolaire ciblant les lycées avait révélé que plus de 4 pour cent des filles consomment du tabac ». La même étude a révélé que 70 pour cent des filles qui fument souffrent de problèmes de famille et détiennent une mauvaise relation avec leurs parents, ce qui oblige à cette frange de parents d’améliorer leurs relations avec leurs filles et de créer un climat de dialogue entre la famille et l'écoute de leurs problèmes ajoute l’interlocuteur. Pour sa part, le Dr Mohammed Ouardi, spécialiste dans les maladies respiratoires, au centre hospitalier universitaire d’Oran a confirmé que «le phénomène du tabagisme est plus répandu chez les adolescents qui commencent à fumer à l'âge de 13 après qu’il était initialement à l'âge de vingt ans ces dernières années». Ce spécialiste, qui a donné une conférence sur les dangers de la consommation du tabac, a révélé que les cigarettes contiennent de 4000 substance létale, y compris la « nicotine » qui cause 23 maladies graves, dont les maladies cardiaques, notamment les crises cardiaques et le cancer du poumon, ainsi que la respiration étroite qui est devenue très répandue ces dernières années à Oran. Le Docteur Ouardi a également averti contre le risque  de cigarettes électroniques, en soulignant que «les études sur ce type de tabac n'ont pas encore trouvé la proportion de sa gravité, ce qui  nécessite d’éviter carrément sa consommation ». En ce qui concerne le phénomène de la propagation de  la consommation de chicha dans les cafés à Oran, le Dr Dhari Larbi a appelé les autorités locales d’interdire de fumer ce genre de tabac dans les cafés, ce qui est plus dangereux que les cigarettes, et qui provoque la maladie de l'hépatite, la tuberculose ainsi que d'autres maladies causées par la cigarette. Cette réunion, qui a été également animée par l'équipe médicale de la cellule d’information et de communication au niveau de l’établissement public chargé de la santé de proximité à Hai « Seddikia », où pas moins de 200 stagiaires étaient présents à soulever plusieurs questions sur la façon de prévenir et d'arrêter de fumer et de mettre en évidence quelques-unes des expériences de leurs parents fumeurs.             

Touffik
Samedi 31 Mai 2014 - 10:41
Lu 298 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+