REFLEXION

ORAN : Les habitants de Hachem, Bouyagor et El Bridaa bloquent la route

Les usagers de la route nationale N° 2, reliant Oran aux wilayas de l’Ouest ont vécu, avant-hier, une mauvaise journée après que des habitants des bidonvilles situés dans trois quartiers aient coupé l’autoroute qui relie Oran aux autres wilayas de l’Ouest à travers 3 points, ce qui a paralysé entièrement le trafic routier et contraint des centaines d’automobilistes à rebrousser chemin, en empruntant des routes secondaires comme la RN98 qui relie la commune de Messerghine à la Corniche Ouest, afin de parvenir à la commune de Bouzedjar à Ain Témouchent.



En effet, la décision de la daïra de Boutlélis avait obligé aux  résidents des bidonvilles, à travers les quartiers de Hachem,  Bouyagor et El Berdia, à présenter l’ancien contrat de vente de leurs habitations anarchiques qu'ils ont achetées depuis des décennies, pour inclure leurs noms dans la liste du recensement général des habitations de fortune, entrepris par les autorités concernées en préparation aux opérations de déménagement des habitants du bidonville dans ces quartiers situés le long de l'autoroute, déclenchant ainsi leur colère par le fait que beaucoup d'entre eux avaient construit eux mêmes leurs baraques comme le reste des habitants des quartiers des bidonvilles dispersés dans la région. L’un des résidents du village El Hachem a souligné que les autorités ont exigé des habitants des bidonvilles dans la région à prouver l’existence des contrats de vente comme seule condition pour pouvoir inclure leurs noms sur les listes du nouveau recensement, qui sera lancé prochainement par les services de la daïra, une  demande qui ne peut pas être justifiée par la plupart d’entre  eux, le fait que ces habitations qu'ils ont achetées sont anarchiques et ne disposent d'aucun contrat de propriété, alors que les communes, selon les habitants, avaient au cours des dernières années certifié ces transactions de vente sur la base de déclarations d’honneur,  avant qu’une décision ne soit arrivée en 2007 interdisant cette procédure, mais la daïra de Boutlélis avait exigé la présentation de ces documents, ce qui a suscité la colère des habitants qui ont protesté en bloquant l’autoroute entre  Oran et Ain  Témouchent, tandis que d'autres se sont rassemblés devant le siège de la commune de Boutlélis, ainsi que le siège de la daïra pour exprimer leur insatisfaction à cette situation. Pour leur part, des sources administratives de la commune ont indiqué que des rumeurs se sont répandues ces derniers jours au milieu des habitants des bidonvilles, situés dans les quartiers susmentionnés que les services de la wilaya ont prévu de procéder au  déménagement des familles résidents en dehors de leur  commune,  vers des logements prêts au niveau de la daïra de Boutlelis, ce qui a envenimé la situation et déclenché des mouvements de protestations. Pour sa part le wali de la wilaya d’Oran, interrogé sur le même sujet, avant-hier, au cours de l’opération de déménagement des habitants de « Cheklaoua »,  a confirmé que  toutes les habitations anarchiques seront recensées sans avoir à se soucier ou douter.

Touffik
Mercredi 11 Novembre 2015 - 17:30
Lu 164 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+