REFLEXION

ORAN : Le tramway des déplaisirs



ORAN : Le tramway des déplaisirs
Selon un avis partagé, le chaos urbain qui règne depuis quelques années dans la capitale, Oranaise a été aggravé par les contraintes et les désagréments d’un projet de tramway très contesté. Lors d’une émission consacrée à ce sujet et diffusée jeudi dernier par la courageuse radio locale FM El Bahia, tous les citoyens intervenant par téléphone ont dénoncé certaines carences et insuffisances. Malheureusement les responsables concernés par le projet n’ont pas daigné répondre à l’invitation et étaient tous absents du plateau de cette émission censée être un précieux trait-d’union entre les gestionnaires du projet et les préoccupations citoyennes. Une absence ressentie par les auditeurs presque comme une insulte à leurs attentes et à leurs interrogations. Riche en informations et en explications sur le projet du tramway en cours l’émission animée de façon magistrale par le directeur de la chaîne. M. Haffaf Faycel a néanmoins permis aux uns et autres de cerner les enjeux et les contours techniques de cette opération tramway menée dans un contexte social et urbain des plus pénibles. Pour bon nombre d’Oranais, la ville en panne de maintenance depuis des décennies s’est enlisée dans une situation insoutenable depuis le lancement de ce chantier. Mais aussi paradoxale que celui puisse paraître, aucun responsable n’a eu le courage de venir affronter les interrogations des auditeurs intervenants sur la chaîne El Bahia Wahran. Faut-il croire qu’aucune réponse sérieuse et logique ne peut être donnée sans remettre en cause la fiabilité, l’opportunité et la rationalité dans les contours du projet et l’organisation de ses chantiers. Oran morcelée en plusieurs zones devenues presque inaccessibles aux usagers de la voie publique, offre à ses habitants un décor urbain peu reluisant. Les médiocres rafistolages du bitumage des chaussées, les trottoirs défoncés, les espaces verts dévastés et les graves carences constatées en matière de maintenance et de salubrité, s’ajoutent aux nuisances et aux désagréments d’une circulation routière et piétonne aux limites du calvaire quotidien. Ces dysfonctionnement catastrophiques générés par des sites de chantier du tramway ou parfois les travaux semblent à l’arrêt s’étendent à travers le tissu urbain du quartier El Makkari saint Eugène ou à M’dina Jdida en passant par Es-Senia où l’ampleur du désastre urbain est visible pour éteindre la colère de commerçants pénalisés. Les pouvoirs publics et la société de réalisation du tramway ont décidé de les dédommager selon l’union générale des commerçants et artisans algérien (UGCAA) pas moins de 1500 commerçants devront être indemnisés. Une ineptie qu’aucune ville au monde n’a connue à l’occasion de la réalisation du tramway. Il y a lieu de souligner que dans toutes les métropoles, ce moyen de transport moderne épouse une configuration efficace offrant de réel avantage aux populations des zones périphériques. A Oran beaucoup de spécialistes avertis se demandent ce que vient faire un tramway dans des rues aussi exigües que celles du centre ville. Des rues qui présentent de surcroit des risques sur le vieux bâti prêt à s’effondrer à la moindre occasion.

N. Bentifour
Mardi 26 Octobre 2010 - 00:01
Lu 402 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+