REFLEXION

ORAN : Le tramway de tous les tracas

C’est la plus grande confusion dans la circulation automobile dans certains quartiers d’Oran, traverses par l’itinéraire du projet de réalisation du futur tramway d’Oran.



ORAN : Le tramway de tous les tracas
Les travaux engagés au niveau de certaines artères principales, à l’instar des avenues de l’ANP, jusqu’à l’entrée de la localité d’Es-Sénia, et de Hammou Mokhtar (ex St. Eugène) jusqu’au rond point de la cité Djamel, n’ont pas manqué de provoquer un important imbroglio dans le trafic routier, au grand dam des automobilistes.

Les artères en question étant devenues des chantiers, donc impraticables, les automobilistes se rabattent sur les voies parallèles qui, par la force des choses, ont perdues leur caractère de voies à sens unique pour certaines d’entre elles.

Ce qui conduit certains conducteurs, désirant se rendre du centre à l’un des quartiers situés à l’est ou au sud –est de la ville d’Oran, à subir tous les tracas inimaginables, surtout ceux qui ne connaissent pas où pourraient les conduire toutes ces ruelles à gauche ou à droite des voies interdites. Depuis le début des travaux, les habitants assistent à de nombreuses altercations, parfois assez musclées, entre des conducteurs où chacun croit être dans son bon droit. Il y a celui qui se trouve obligé d’emprunter un sens interdit et l’autre qui est assuré d’être « dans le bon sens » et estime que le véhicule qui arrive en face commet une infraction au code de la route. Un véritable écheveau vraiment difficile à démêler. Des sages parmi les riverains interviennent parfois pour expliquer à l’un la situation, et appeler l’autre à la compréhension, ce qui évite à la situation de s’aggraver. «Cette situation ne devrait pas exister si les responsables concernés avaient fait leur travail. » Déplore M. Hadj Mohamed, un habitant de haï El Maqarri, ex St. Eugène.
«La fermeture de l’avenue principale devait s’accompagner d’une révision d’un plan de circulation, même à titre provisoire pour réguler le trafic routier sans trop de problèmes. Or, on s’est contenté de fermer une artère parmi les plus fréquentées d’Oran, sans tenir compte des usagers qu’on laisse se débrouiller comme ils peuvent, ou comme ils veulent, pour les plus audacieux d’entre eux.» Ajoute notre interlocuteur, un ancien cadre de la wilaya d’Oran. La situation est moins contraignante en ce qui concerne le boulevard de l’ANP, dont la largeur a permis la circulation des véhicules dans les deux sens, sans gêner les travaux de pose de la voie ferrée qui se poursuivent normalement. Bien qu’on se trouve obligé de faire beaucoup de chemin pour contourner le chantier si on veut se rendre de l’autre côté de la voie du tramway. « Mais, tout cela n’est rien, pour le moment. Je me demande ce qui va se passer avec l’ouverture du chantier de l’avenue Mohamed Boudiaf (ex rue de Mostaganem dont les rues parallèles, aussi bien à sa droite qu’à sa gauche sont trop étroites, et il suffit qu’un véhicule soit en stationnement, pour provoquer une pagaille inextricable. » Met en garde un autre habitant qui craint le pire. En effet, dans les deux quartiers qui ceinturent l’avenue Boudiaf, une seule voie parallèle existe dans le quartier de la gare (l’ex rue Louis Blanc) qui débouche fatalement au rond point du pont « Mirauchaux », pour joindre le boulevard Mouloud Feraoun qui se termine derrière le siège de la wilaya. De l’autre côté, les rues du quartier ex-St Pierre débouchent aussi, presque toutes, au même rond point, qui sera probablement « occupé », puisqu’il sera… en chantier.

Quoi qu’il en soit, beaucoup d’habitants estiment qu’il serait souhaitable que les services concernés prennent le problème en charge et réorganisent la circulation en fonction des contraintes de l’heure, avant la fermeture de cette artère à la circulation automobile.

L’autre volet, et non des moindres, est celui des dizaines de commerces situés le long de ses artères qui voient le nombre de clients diminuer chaque jour davantage. Mais cela est un autre problème.

A. Salim
Mercredi 16 Juin 2010 - 10:04
Lu 1418 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+