REFLEXION

ORAN : Le responsable du vol de 500 têtes de bétail écroué



Il a comparu avant-hier devant la Cour d’appel d’Oran.  Un jeune homme âgé d’une trentaine d’années, appartenant à un réseau criminel spécialisé dans le vol de bétail au niveau du territoire de la wilaya d'Oran, et des wilayas limitrophes, dont a été victime de leur acte criminel de nombreux éleveurs et bergers, qui ont été délestés de leur bétail, sous la menace et les agressions, la dernière victime qui a subi les affres de cette bande criminelle, est un agriculteur de la région de Oued Tlelat, où l’accusé poursuivi dans cette affaire, a pris d'assaut la ferme de la victime avec la complicité de ses acolytes, qui étaient tous armés de poignards et cagoulés, où ils ont agressé son frère et son fils travaillant avec lui avec le vol de 100 têtes de bétail équivaut à environ 500 millions de centimes, où le représentant du parquet a requis une peine exemplaire à l’encontre de l’accusé, au moment où le tribunal de première instance l’avait condamné auparavant à 03 ans de prison ferme pour le délit de constitution de bande de malfaiteurs, vol avec coups et blessures volontaires. Les faits de cette affaire remontent au mois de septembre dernier, de l'année en cours où l’un des agriculteurs de la région, s’est rapproché auprès des éléments de la brigade de gendarmerie nationale à  Oued Tlelat, en vue de déposer une plainte officielle, pour préciser que sa ferme a fait l’objet de  vol par des personnes inconnues qui ont fait irruption dans sa ferme pendant la nuit, alors qu’ils étaient masqués et armés de poignards, où ils ont agressé les deux gardiens et chargé le  bétail à bord d’un camion, avant de prendre la fuite vers une destination inconnue. Sitôt informés, les éléments de la brigade de gendarmerie nationale ont ouvert une enquête approfondie, au moment où les deux victimes blessées ont été  évacuées vers la polyclinique pour recevoir les premiers soins. Entre temps, la brigade de gendarmerie nationale a réussi à déterminer l'identité de la bande criminelle, après que la victime ait réussi à identifier deux têtes de mouton sur la base de signes de distinction qu’il avait apposé auparavant sur son troupeau, que l'accusé avait pris l’initiative de les proposer à la vente au marché de bétail d’el Hamri. Immédiatement, les éléments de la brigade se sont déplacés à l'endroit où ils ont appréhendé l’accusé et l’ont soumis à un interrogatoire, il se trouve que dans la nuit de l'incident et vers une heure tardive de la nuit, les deux gardiens travaillant  à la ferme ont été surpris de l’arrivée d’un grand camion réservé au transport de bétail qui s’est arrêté en face de l’étable de la ferme, où plusieurs personnes cagoulées sont descendues du camion, où selon les témoignages des deux victimes, l'accusé et ses partenaires ont commencé à charger le bétail à bord du véhicule après avoir réussi à investir la ferme, et ligoter les deux gardiens, avant de les blesser sérieusement à la tête et les embaumer avec une  bonbonne de gaz lacrymogène, pour les abandonner ensuite dans un état lamentable, et prendre la fuite. En audience, l’accusé principal s’est rétracté à propos de ses premières déclarations, devant le juge d’instruction, en rejetant catégoriquement toute implication dans cette affaire, mais l’enquête menée par les éléments de la brigade de la gendarmerie nationale a démontré l'implication de l'accusé dans des affaires similaires, en plus qu’il a été reconnu par l'une des victimes à travers ses traits pendant toutes les phases l'enquête, tandis que sa défense a demandé des circonstances atténuantes contre leur mandant,  le fait qu'il n'y a pas de preuve tangible pour prouver l'implication de la victime dans cette affaire.

Touffik
Lundi 19 Octobre 2015 - 17:08
Lu 192 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+