REFLEXION

ORAN : La méga-station d'El Mactaâ appelée à s’agrandir davantage

L'Algérie a su en un temps record mettre fin au manque d'eau qui distinguait une multitude de ses villes, dont Mostaganem où ce liquide vital se faisait rare et poussait les citoyens à l'attendre d'une veillée à une autre. Au bout d'une décennie (de 1999 à 2009), le pays s'est doté d'unités de dessalement de mer qui sont parvenues à étancher la soif des Mostaganémois et mettre fin au cauchemar des pénuries d'eau qui les hantait.



Grâce à ces unités, l'eau coule à flots et est disponible (24H/24). Inaugurée le 16 du mois de novembre de l'année 2014 par le Premier Ministre M. Abdelmalek Sellal, la méga-station de dessalement d’eau de mer d’El Mactâa est parvenue en un temps record à satisfaire la forte demande d’alimentation en eau potable de la wilaya d’Oran mais également à répondre aux besoins exprimés pour ce précieux liquide par les wilayas limitrophes dont Mostaganem, Mascara, Relizane et Tiaret. Cette installation, produit une capacité de 500000 mètres cubes par jour et demeure  la plus grande station du monde utilisant le procédé d’osmose inverse. L’ ‘’Algerian Energy Company’’ (AEC) et l’Algérienne des Eaux (ADE) sont les initiateurs de ce fameux projet  d’eau de mer en Algérie qui a largement contribué à l’amélioration du cadre de vie du citoyen en lui offrant un meilleur approvisionnement en eau potable. Ce projet a vu le jour grâce au financement qui a été élaboré par trois partenaires comme suit : 47% pour l’investisseur étranger, en l’occurrence Hyflux Menaspring Ltd, la société singapourienne qui a construit la station de dessalement, 43% pour l’AEC et 10 % pour l’ADE, et a coûté 491 millions USD. Sur le plan technique, le procédé utilisé dans le dessalement d’eau de mer est le système de l’osmose inverse qui reste le plus propre et le plus économique existant dans ce type d’industrie. La particularité de cette unité de dessalement, c'est l'utilisation d'un autre système pour la filtration d’eau de mer par le recours aux membranes, une technologie japonaise de haute pointe appelée ultrafiltration qui ne pollue point l’environnement. Concernant le personnel de cette méga-station, seule une soixantaine de personnes parvient à la faire tourner de par sa dotation par les technologies les plus avancées et totalement automatisées. Ce joyau industriel a permis à l'Algérie de capitaliser une forte expérience de leader mondial en matière de dessalement d'eau et de gagner également une position de leader en Afrique avec la réalisation de 9 stations de dessalement, 2 en cours de production et 2 autres en phase de développement.

L. Ammar
Lundi 23 Mars 2015 - 16:57
Lu 384 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+