REFLEXION

ORAN : 80% des vendeurs activent au noir

Avec les difficultés que connaissent presque tous les secteurs d’activité dans notre pays et comme partout ailleurs, les commerçants de la wilaya d’Oran souffrent énormément de la concurrence déloyale.



ORAN : 80% des vendeurs activent au noir
La quasi-totalité des secteurs d’activités est gangrénée par le commerce illégal qui représente une part non négligeable du marché. L’exemple le plus éloquent est le  marché des fruits et légumes qui active pratiquement  dans la clandestinité à Oran. Les chiffres  sont là pour  appuyer  ce constat amer 80% des commerçants qui exercent dans  les marchés des quartiers de la ville ne disposent pas de  registre de commerce  ni même d’une quelconque autorisation selon une récente enquête des services des contrôle. Les services du commerce ont recensé au total prés de 1.000 commerçants exerçant sans registres de commerce des acticités considérées comme sédentaires et dont  la majorité occupent les trottoirs. Actuellement ce phénomène ne cesse de prendre de l’ampleur causant ainsi pertes   aux services communaux. Le secteur urbain Sidi El Bachir (ex-plateaux) est l’exemple vivant de cette situation  et plus précisément à M’dina Jdida. Au niveau de ce  secteur les artères à grande concentration  de revendeurs de toutes sortes de produits  envahissent places et Boulevards. Pour sa part la division communale  des affaires  économiques de l’APC a mis en demeure de nombreux vendeurs exerçant dans les marchés couverts  de fruits et légumes à Oran de se conformer à la réglementation a-t-on appris de ces services. Ces marchands ayant bénéficie de locaux et de box dans des  marchés  couvets continuent d’accaparer la voie publique  étalant leurs produits de vente sur la chaussée et les  trottoirs au mépris de la loià  l’instar de Boulanger, de Choupôt, de Mimosa de Maraval, Sidi El Houari la rue  Maupassant à St-Eugèna de l’USTO et la liste est longue  à énumérer. Cette situation est constatée en dépit de l’existence  de marchés disposant de toutes les conditions nécessaires aux activités du commerce. Cette mesure  intervient après  une série de mises en demeure, à l’encontre de ces  commerçants. Car  non seulement ils (commerçants) ne  s’acquittent pas des redevances de loyer, mais   continuent d’encourager le commerce informel. Cette opération permettra également  de libérer des  espaces et des trottoirs  exploités illicitement, de réduire  le  stationnement  des véhicules de marchands  ambulants ainsi que l’élimination des kiosques de     vente de  fruits et légumes. Un lot important d’engins et  de matériel a été mobilisé   pour cette compagne.  Des  mises en  demeure somment  les indus occupants à  libérer les espaces publics avant  le lancement de cette opération, la plus importante du genre dans le capital de l’ouest algérien.

N. Bentifour
Mardi 21 Décembre 2010 - 10:55
Lu 429 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+