REFLEXION

ORAN : 18 mois de prison pour la femme de ménage fourbe



ORAN : 18 mois de prison pour la femme de ménage fourbe
La jeune A.M.A. qui se trouvait en détention provisoire à la prison pour femmes de Gdyel, a comparu dernièrement devant le tribunal d’Oran pour répondre des faits qui lui étaient reprochés, à savoir vol et abus de confiance commis au préjudice de son employeur, gérant de la cimenterie de Zahana. Elle était au service de sa victime depuis seulement trois jours, en qualité de femme de ménage, lorsqu’elle décida de rafler tout ce qu’elle pouvait emporter d’objets de valeurs, en profitant de l’absence des maîtres des lieux. Appareils photos, caméras, téléphones portables, argent en espèces, bijoux... tout ce qui présentait de la valeur, n’était pas trop encombrant et pouvait s’écouler facilement. Appelée devant le tribunal, l’accusée avoue sans détour. D’une voie timide, elle a reconnu sans mal que se trouvant seule dans l’appartement, en ce premier août 2010, elle avait entrepris de ramasser les objets sur lesquels elle avait jeté son dévolu, avant de les prendre et partir, abandonnant son lieu de travail. On saura que du butin a été entièrement dilapidé. Hormis la paire de lunettes qu’elle portait encore, rien n’a été trouvé en possession de la voleuse au moment de son arrestation. Comme rien n’avait été trouvé au cours de la perquisition opérée auparavant dans son domicile familial de Tamazougha, dans la wilaya d’Ain Témouchent dont elle est originaire. Elle avait tout flambé en l’espace de quelques petites semaines en voyageant dans tous les sens, sans raisons apparentes, a-t-il été constaté. Dans son intervention, le représentant de la partie civile n’avait pas mâché ses mots, laissant entendre que l’accusée ne méritait nullement l’indulgence du tribunal ; car elle abusé, selon lui, de la générosité de ses employeurs qui lui avait fait confiance et lui offert le gîte et le couvert, la considérant comme un membre de leur famille. L’avocat de la défense n’a pu que demander les circonstances atténuantes. Il a dû être entendu par les membres du tribunal qui a prononcé la peine de 18 mois de prison ferme à l’encontre de l’accusé, et 6 mois de la même peine pour les deux receleurs, présents au tribunal en comparution libre et le remboursement de la somme de 60 millions de centimes à la victime.

A. Salim
Mardi 5 Octobre 2010 - 00:01
Lu 1085 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+