REFLEXION

ORAN : 15 ans de réclusion pour le tueur du officier de l’ANP



ORAN : 15 ans de réclusion pour le tueur du officier de l’ANP
Le fameux Rocher de la Vieille est situé dans un virage sur la route de la corniche oranaise, qui offre un espace de stationnement pour quelques voitures dont les occupants pourraient descendre, se dégourdir les jambes et admirer la mer et les plages qui s’étendent à perte de vue. Mais ce n’était pas le cas pour les deux hommes s’étaient arrêtés ce jour là. L’heure de l’un d’entre eux avait sonné, et c’est à cet endroit qu’il allait quitter la vie C’est de cette hauteur qu’a été poussé un homme dont le corps fut retrouvé fracassé quelques dizaines de mètres plus bas. C’est l’affaire qui a été examinée cette fin de semaine par la cour criminelle d’Oran. Le drame qui a eu pour théâtre le célèbre rocher, s’est déroulé le soir du 9 mai 2009, avec pour acteurs, dans le rôle de l’accusé le dénommé A.I. et dans celui de la malheureuse victime, un officier de l’ANP. En bon copain, les deux hommes avaient fait le tour des établissements de la corniche où ils avaient ingurgité une grande quantité de boissons alcoolisées. La tournée des ducs devait s’achever devant le dernier établissement visité qui exigeait une tenue correcte à ses clients. L’entrée leur a été refusée parce que l’accusé était ce soir-là en vêtements de sport. Qu’à cela ne tienne, faisant contre mauvaise fortune bon cœur, les deux hommes décident de terminer leur soirée ailleurs, et pourquoi pas face à la mer au pied du Rocher de la Vieille, un endroit très discret, surtout la nuit. Interrogé par le président de l’audience, l’accusé reconnait le fait qui lui est reproché, mais en donne deux versions différentes. Dans une première déclaration, faite au cours de l’instruction, il avait affirmé avoir commis l’acte criminel pour s’emparer de la voiture de sa victime. Puis, il revient sur ce qu’il avait dit pour déclarer que son geste n’était qu’une riposte contre des propositions malhonnêtes qui lui auraient été faites par la victime. Et que c’est au cours de la dispute que la victime est tombée dans le vide alors que l’accusé l’avait poussé contre le rocher. Ces propos seront démentis par le rapport du médecin légiste qui ne signale, sur le corps de la victime, ne signale aucune trace de violence laissée après une bagarre entre deux hommes en état d’ivresse. La mort a été causée par la chute d’une hauteur élevée. Là-dessus, le rapport était formel. Mais le coup de grâce est donné à l’accusé par le témoin oculaire qui déclare avoir assisté à tout le macabre spectacle du haut de son poste. C’est un militaire en faction à la vigie, cette nuit-là, qui vient relater les faits tels qu’ils se sont déroulés sous ses yeux, affirme-t-il. Devant les magistrats de la cour criminelle, le témoin déclare avoir vu une voiture s’arrêter au pied du rocher de la vieille, d’où est descendu un homme qui est allé se soulager. Ensuite, c’est un autre homme tout de blanc vêtu qui descend à son tour de la voiture pour aller en direction du premier et, arrivé à sa hauteur, il l’a poussé dans le vide. Convaincu de la culpabilité de l’accusé, le procureur général a réclamé la réclusion a perpétuité contre lui. La défense a plaidé l’application des circonstances atténuantes, mais sans succès. La cour a condamné le dénommé A.I à 15 années de réclusion de réclusion criminelle.

L. Islam
Lundi 25 Octobre 2010 - 00:01
Lu 354 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+