REFLEXION

ŒUVRES UNIVERSITAIRES : L’affaire de la résidence "Chemouma" sur le bureau du président Bouteflika

Les travailleurs de la résidence universitaire qui ont sollicité l’intervention de M. le président de République, pour lever le gèle des salaires viennent de recevoir une correspondance, dont nous détenons une copie, du cabinet de M. le président où il est promis à ces travailleurs une étude approfondie de leur cas.



ŒUVRES UNIVERSITAIRES : L’affaire de la résidence "Chemouma" sur le bureau du président Bouteflika
En effet, Le bras de fer qui avait opposé et qui oppose toujours une partie des travailleurs de la résidence universitaire de Chemouma, se poursuit dans les coulisses, certains des travailleurs qui avaient soutenu la directrice de la résidence à l’époque, ont été traduits en justice mais finalement innocentés. Au moment de rejoindre leurs postes, ils ont été surpris par leurs nouvelles décisions de nominations, ils ont été pour la plupart dégradés, certains sont passé de responsable d’un service à gardien ou jardinier ! Ils dénoncent des décisions répressives. Pour rappel le bras de fer avait éclaté suite à la mise à l’écart de la directrice de la résidence, il y a plus de 4 mois, elle avait été remplacée par un nouveau directeur (qui est actuellement en place), cette décision avait soulevé la protesta des étudiantes universitaires et une partie des travailleurs de la résidence, qui avaient décidé à l’époque de réagir et soutenir la directrice. La résidence avait été fermée par les étudiantes et le bras de fer avait duré plusieurs jours, finalement, tout est rentré dans l’ordre mais les travailleurs qui avaient soutenu la directrice ont dénoncé un certain harcèlement à l’époque, les choses sont allés encore plus loin, il y aurait eu des suspensions de salaires injustifiées et des mises à l’écart, les travailleurs avaient jugé ces décisions trop injustes et l’affaire est allée devant les tribunaux, suite à une plainte déposée contre eux par le directeur des œuvres sociales de l’université, finalement après des semaines de batailles judiciaires, les personnes incriminées ont été disculpés (une copie du jugement étant en notre possession). Malgré cela, la pression fut maintenu contre ces travailleurs et selon eux, le changement de postes en est la preuve irréfutable, certains parlent d’une vengeance et pour cause, ils se demandent comment quelqu’un qui a occupé le poste de responsable de la sécurité, se retrouve gardien, ou bien du poste de délégué à celui d’agent, beaucoup d’anomalie qui laissent place au doute. Une des travailleuses accuse même son responsable hiérarchique d’avoir proféré des insultes à son encontre, elle aurait déposé une plainte et l’affaire serait entre les mains de la sureté de wilaya. Les travailleurs ont même saisi le président de la république, ils viennent d’avoir une réponse du cabinet de la présidence (dont nous détenons une copie). Le bras de fer semble durer et il pourrait y avoir des rebondissements dans l’affaire.

Mihoub
Mercredi 13 Juillet 2011 - 10:15
Lu 930 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+