REFLEXION

Nous sommes les premiers au monde….!



Le génie vient de se distinguer encore  en se hissant à la tête du podium en un genre d’un tout nouvel exploit jamais égalé à travers le monde. Désormais, premiers au monde  en  transferts illicites de  fonds en devises fortes. Malheureusement, cette fuite a tendance  à  prendre davantage d’ampleur  à un moment si particulier, marqué par une baisse vertigineuse des recettes des exportations des hydrocarbures. Créée en 2002, la cellule de traitement du renseignement financier , un organisme dépendant du Ministère des Finances , chargé de contrôler et d’identifier les opérations financières douteuses et leurs auteurs vient de tirer la sonnette d’alarme sur ce flux important de capitaux qui migreraient clandestinement vers l’étranger, et plus particulièrement en France . Elle vient de traiter et confirmer 85 affaires de transfert frauduleux d’importantes sommes d’argent à l’étranger juste au premier trimestre de l’année en cours.  S’exprimant dernièrement sur les ondes de la radio nationale, son président, M. AbdennourHibouche, a affirmé  encore qu’après vérifications,  tous les soupçons émis par les banques et autres organismes publics  viennent d’être  bel et bien confirmés. Il a déclaré  que 1 500 autres affaires qui ont été signalées pour traitement aux services de sécurité et des douanes. Il accuse  en premier les professions libérales qui  facilitent les pratiques de transfert illicite, estimant que certains en font leur business au détriment de l’économie nationale. À ce titre, il cite entre autres certains  corps de métiers et également des intermédiaires en bourse.  Souvent, ces derniers ne signalent pas les transactions opérées de manière systématique et régulière de sorte à ce que les services de contrôle et de veille puissent accomplir plus facilement leur travail de vérification. Le président de la CTRF considère que le phénomène d’évasion de devises est encore plus important en tenant compte davantage  de certains délits constatés et examinés par d’autres administrations, telles les banques , les  douanes, et les domaines. En décortiquant les pratiques illégales utilisées pour la fuite des capitaux dont la surfacturation de marchandises introduites dans le pays, les importations fictifs et le transfert de montants vers l’étranger, tirés pour une part du commerce des narcotiques. Juste en  2014, plus de 400 millions de dollars ont été transférés illicitement, selon les chiffres de cet organisme qui dénonce ce « sport » fort nuisible au trésor public.

 

L.Ammar
Lundi 15 Juin 2015 - 18:33
Lu 569 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+