REFLEXION

Mostaganem : ville traditionnelle, ville « moderne » européenne (2éme partie)



El-Matemare et Tidjditt sur la rive droite, composent un arc épousant le tracé de l’oued et la déclivité des terrains. Le quartier d’El-Matemare qui comportait sa propre muraille se distingue par Bordj El-Turcs appelé par les Français Fort de l’Est. C’est une citadelle située sur un terrain dominant et facilitant la visibilité dans toutes les directions. Sa réalisation est attribuée par certains historiens à Hamid El-Abd et sa modernisation au Bey Mustapha Bouchelagham resté à Mostaganem de 1732 à 1737. Le quartier de Tidjditt qui abrite des koubas, makams et de petites mosquées est considéré comme une ville jumelle plutôt qu’un simple quartier. Il comprend dans sa partie ouest, un sous quartier appelé Kadous El-Meddah. Ce nom tire sa signification de la principale rue qui constituait un lieu de rencontre des poètes et « meddahs ».  Derb-Tebbana dénommé El Bled, sur la rive gauche est cerné d’une muraille. Sa position lui conférait le rôle de contrôler l’ouest et la mer. Réservé au commandement beylical et à l’aristocratie locale, il constitue le noyau de la ville traditionnelle qui abrite plusieurs édifices religieux et administratifs (La grande mosquée, le Bordj M’hal, la mosquée de Sidi Yahia, le palais du Bey Mohamed El-Kebir et deux zaouias). Il est structuré en outre, par des rues animées « d’une vie populaire intense et où presque tous les corps de métiers sont représentés ». Cette description évocatrice de quelques caractéristiques de la cité précoloniale, illustre la conception linéaire du souk plutôt qu’au sein d’une place. Cette forme d’organisation de l’espace commercial le long de la rue, est une constante majeure et un trait culturel dans l’aménagement urbain.  A travers la lecture du plan de l’ancienne ville, nous percevons une certaine cohérence dans l’agencement de ses différentes parties. La topographie accidentée et la présence de l’oued affermissent son identité et constituent des « actans non humains » à l’origine de sa localisation et de son aménagement. L’organisation spatiale, quant à elle, correspond d’une part à la distribution des différents groupes ethniques, et d’autre part à la spécialisation des métiers et des corporations dont le rôle essentiel influe sur l’image de la ville. Il en résulte ainsi et à l’instar de la représentation des villes anciennes, une ségrégation sociale et fonctionnelle dans l’utilisation de l’espace. Ces données historiques typiques ont maintenant disparu mais la permanence du tissu urbain permet d’apprécier les principes de sa composition. L’agencement compact des maisons, l’ordonnance de la mitoyenneté et les autres traitements architecturaux donnent à la ville son unité et une homogénéité dénuée de monotonie.  L’urbanisme colonial qui pour des raisons militaires, s’est implanté à côté du noyau initial, a épargné son entité urbaine et architecturale. L’orientation Nord-Sud adoptée au début a été rapidement abandonnée pour des raisons topographiques. Les quartiers se sont développés en échiquier autour du centre, suivant une croissance radioconcentrique ordonnée par les éléments régulateurs que sont le port et l’oued vers le Sud-Est.                             A suivre

Lakhdar Yamani et Kouider Brahimi
Dimanche 26 Mai 2013 - 10:33
Lu 392 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+