REFLEXION

Mostaganem... Tourisme dites-vous ?



Mostaganem... Tourisme dites-vous ?
Touristes de tous les coins de la planète, si vous programmez une visite dans la wilaya de Mostaganem « ex perle de la méditerranée », alors voici les précautions d’usage que vous prendrez avant de rentrer dans la ville : Soulagez-vous vous dans les nombreux champs de patates environnants car les vespasiennes appelées communément urinoirs n’existent que dans l’imaginaire de certains nos élus occupés à faire des courbettes à leurs supérieurs plutôt que de s’inquiéter de la santé de leurs administrés. Si vous êtes diabétique, alors flanquez votre postérieur de couches pour adultes et pour le sexe féminin frappez aux portes des citoyens pour demander très poliment l’utilisation des toilettes car celles des cafés, autres bars et restaurants sont toujours fermées jusqu’à nouvel ordre. Abandonnez votre véhicule dans une ferme environnante et choisissez entre le transport en commun qui vous ballote dans un train d’enfer ou celui du taxieurs qui vous agresse les oreilles avec un poste radio qui dégagé des décibels démoniaques. La raison est toute simple : le fameux nouveau plan de la ville censé fluidifier la circulation et pour lequel l’Etat a déboursé des centaines de millions, paralyse complètement les principales artères de la ville. Des feux tricolores éteints dans la plupart du temps et l’inexistence archinulle des plaques de signalisation. Vous souhaitez faire vos emplettes dans le Souk « d’Ain Séfra » ? Alors, armez-vous d’un masque à oxygène car c’est une véritable plaie ouverte dégageant des odeurs pestilentes à longueur de journée polluant ainsi l’environnement et la santé de la population et de la votre. Les barons du marché informel imposent leur dictat au vu et au su de tous et gare à celui qui ose les déloger, démocratie oblige. Vous seriez obligé de manger ? faites le carême, cela vous évitera de grignoter les croûtons des pains d’une qualité douteuse, déposés à même le sol, portant les traces des mains des clients dépassés par les évènements et empressés de rentrer chez eux, car la majorité des commerçants, transporteurs et autres vampires du négoce résident en d’autres lieux. A partir de 17h00, c’est le black-out, rentrez dans nos minables hôtels et faites connaissances avec nos célèbres punaises mondialement connues pour leur résistance à toutes épreuves, capables de vous administrer une insomnie sans pareille. Et estimez-vous heureux de ne pas contracter une intoxication quelconque car nos urgences ou plutôt nos « mouroirs » seront la pour vous faire ressortir les pieds devant illico-presto. Ne vous attardez surtout pas dans les services du tourisme vous risquerez de subir le même sort que le président des associations des quartiers de la wilaya de Mostaganem qui vous racontera lui-même l’anecdote. La ville des genêts vous remercie de votre visite.

B. Cherifi
Mardi 27 Avril 2010 - 10:54
Lu 1573 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+