REFLEXION

Mostaganem : Lors de l'élection de la commission de préparation du congrès de l'UGTA, accusations, insultes et échauffourées.



Mostaganem : Lors de l'élection de la commission de préparation du congrès de l'UGTA, accusations, insultes et échauffourées.
Les émissaires de la Centrale qui se sont déplacés d’Alger pour mettre de l’ordre au sein de l’UGTA et procéder à l’élection de la commission de préparation du 11ème congrès, se sont certainement rendus compte du pourrissement par lequel brille le syndicat de Sidi Said.

Ce sont de persévérantes et ouvertes accusations conjuguées à d’impétueuses bordées d’injures et d’insultes, qui sont les seuls faits ayant caractérisé la rencontre qui a vu la convocation du ban et l’arrière-ban de l’UGTA. Toutefois, cette rencontre qui a été tenu, jeudi passé à l’université de Mostaganem, en présence des émissaires d’Abdelmajid Sidi Saïd pour l’élection du bureau préparatoire du 11ème congrès, non sans garantir l’autre primordiale mais vaine et impossible mission qui devait d’assurer la réconciliation des deux clans du syndicat divisé depuis 2000 déjà, s’était vue limitée à un choix très sélect au portillon même de la salle de la réunion. Ne devait finalement assister aux travaux que les membres du bureau de wilaya. Chose qui était en soi, encore loin d’être une mince action dans la mesure où ce bureau est scindé en deux clans : les membres dits officiels et ceux qualifiés d’opposants. La suite ne sera pas donc de tout repos.
Mr Belali Beljilali, le secrétaire général dit ‘officiel’ sera ainsi chargé de présider la rencontre. Or, à peine deux mots placés, déjà des membres de ce comité mosaïque s’insurgeaient contre la manière de direction et de gestion de la rencontre, ainsi que la présence d’autres membres. Pas mal d’adhérents faisant l’objet de graves poursuites disciplinaires et autres congédiements étaient présents en tant que membres du comité wilayal. Une indescriptible cacophonie se dégagea pour durer un bon moment avant que les émissaires de la Centrale ne se manifestant pour ramener l’assistance à l’ordre. Une peine perdue, puisque ni les membres du bureau officiel ni l’autre belligérant, n’ont décidé d’avaler leur salive.
« Nous sommes pas venu élargir le fossé de la cassure » dira, pour résumer, l’un de la troïka du patron de la Centrale, lors d’un discours fleuve. Causerie qui n’est pas venu du reste amadouer l’ambiance super électrique, ou « la presse invitée pour relever l’organisation de la rencontre dans la transparence » comme avait tenu à préciser un émissaire voulant faire preuve de leur impartialité, relèvera par ailleurs toute la gabegie qui caractérise la gestion d’un aussi riche syndicat et dont les membres eux-mêmes s’accusaient mutuellement en public et sans ambages, non sans recourir pendant ces procès en public entre frères ennemis, aux plus grossières obscénités entre autre étalage de bras d’honneur et de majeurs arborés.
Bastonnades et menaces
Et pour revenir à l’ordre du jour, il fallait tout de même assurer la fameuse élection de la commission de préparation du congrès, sur la base d’une liste qui revient à 10 ans en arrière et dont pas mal, pour ne pas dire une bonne majorité n’exprime aucune représentativité puisque leurs entreprises et secteurs se sont vus clos et liquidés. Bref, encore et toujours, chacun ira de son point de vue pour remettre en cause telle ou telle procédé en ce suffrage et dont à titre d’exemple, la non reconnaissance des procurations. Ce point précis lèvera avec véhémence le courroux des opposants qui se sont ainsi sentis lésés par le SG ainsi que par les délégués nationaux.
Au demeurant, après la proclamation des résultats qui se sont soldés par 23 points aux officiels et 22 points pour le camp de l’opposition, u vrai imbroglio s’est encore venu s’ajouter à la partie : une voix est votante pour les deux parties. Elle n’a pas été comptée et probablement, elle ira renforcer le camp de Messabih qui est à la tête de l’opposition. Car d’après le responsable de la troika, c’est au membre le plus âgée qu’elle devrait être accordée. Il ajoutera, « c’est Mr Sidi Saïd qui tranchera là-dessus et un dossier su la situation qui y prévaut lui sera remis ». Mais comme il fallait s’y attendre, la rencontre qui en raisons de tous les incidents l’ayant émaillé en long et en large, n’a pas manqué de confirmer les pronostics des observateurs qui ont tablé sur un épilogue dénoué par une vraie castagne. A peine les résultats annoncés, les voyous et les gaillards des deux parties investirent la salle à la demande des leurs, et donnèrent libres cours aux hostilités combinées entre jets de crachat, bastonnade, lancements d’objets les uns contre les autres et autres menaces de faire la peau. L’université aura pour sa part à relever les dégâts de son matériel. Et le Syndicat de Sidi Said, n’a que jauger la cassure qui semble bien s’élargir au fil du temps. Ce qui est loin d’être de bon augure pour le congrès qui s’annonce du moins, fatidique et bien risqué.

B. Abderrahmane
Samedi 8 Août 2009 - 08:12
Lu 545 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+