REFLEXION

Mostaganem : Les Sourds-muets veulent rencontrer la wali.



Mostaganem : Les Sourds-muets veulent rencontrer la wali.
« Nos demandes d’audiences sont restées lettres mortes » « Nous sommes marginalisés tant par l’administration que par la société et nous avons ras le bol des promesses fallacieuses des autorités qui nous ont abreuvé d’attestation de considération et d’égards au lieu de nous prêter une oreille attentive ». Ils sont tout de même 527 personnes à être sourds muets dans la wilaya de Mostaganem, selon le dernier chiffre de leur Union, à vivre une inqualifiable bureaucratie administrative, outre une marginalisation digne d’une vraie exclusion. Une tranche sociale dont leur quotidien que le bon Dieu fait, se limite à une petite et modeste cafétéria qui souffre d’ailleurs d’un flagrant manque de réhabilitation, où ils se rencontrent matin et soir pour tuer le temps en interminables discussions, en leur langue gestuelle, au sujet de leurs problèmes qui s’articulent autour les difficultés de la vie, come le chômage, le célibat, le logement, l’absence de toute distraction, etc. Le président de l’Union Mr Farés Bouziane, qui parle ouvertement d’une exclusion des sourds muets dira : « Nous sommes marginalisés tant par l’administration que par la société et nous avons ras le bol des promesses fallacieuses des autorités qui nous ont abreuvé d’attestation de considération et d’égards au lieu de nous prêter une oreille attentive ». Mr Farés qui parle « hogra administrative »en dépit de recours de l’administration à leur Union lors des rendez-vous électoraux ajoute, « nous avons aimé rencontrer Mme la Wali ne serait-ce que pour quelques minutes dans le but évident de lui parler de la sourde oreille de l’administration à l’égard de nos réclamations. Or, toutes nos demandes d’audiences depuis 2004 jusqu’à ce jour et dont la dernière remonte à février 2009, sont restées lettres mortes ». « Il nous reste aujourd’hui devant tout le mépris qui nous est loué, que la presse pour nous faire entendre ». Parmi les problèmes que cite le responsable, leur défaveur par les différents dispositifs d’emploi de jeunes dans le cadre du soutien de l’emploi aux jeunes. « Il y a au moins 10 sourds muets qui ont déposé des dossiers complets et bien conséquents pour bénéficier de crédits de la part de l’Angem, comme est-il le cas de jeunes couturières et coiffeurs pour dames ainsi que des menuisiers. Leur attente dure depuis plus d’un an, mais en vain ». Le président de l’Union, évoque aussi pour sa part la direction de l’action sociale. « Des dizaines de demandes déposées au niveau de la DAS pour obtention d’indemnités forfaitures au profit des handicapés selon la loi ne trouvent pas de réponses favorables ». Sous le même angle, la convention paraphée entre l’Union des sourds muets de la wilaya de Mostaganem et le Ministère de la Solidarité en date du 26 novembre 2006 reste aussi pour sa part gelée pour des raisons ignorées par l’intervenant. L’Union reste de ce ait sanctionné quant au bénéfice d’une somme de 500.000 DA qui leur a été alloué par le dit Ministère et qui allait être allouée à la réalisation d’une école d’informatique au profit des concernés. L’autre amertume qui a encore ravivé la déception de cette tranche sociale livrée à elle-même, demeure en ce fait de leur exclusion de toute acquisition de local à caractère professionnel dans le cadre des 100 locaux par commune nonobstant les conséquents de certaines personnes parmi eux ayant bagage et capacité pour en bénéficier. Cette tranche sociale est pourtant régulièrement appelée à activer lors des échéances électorales.

B. Abderrahmane
Jeudi 2 Juillet 2009 - 08:05
Lu 720 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 06-012-2016.pdf
3.51 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+