REFLEXION

Mostaganem : Le phénomène de la mendicité. Une ville envahie, un spectacle des plus désolants

A l’intersection des rues, au niveau des passerelles, sur les trottoirs, devant les magasins, les mosquées, dans les bus, sous les arcades… ils nous fournissent la preuve de leur existence, interpellant la conscience de ceux qui nous gouvernent de ne pas se contenter de mots pour nier une évidence qui sollicite un traitement d’urgence



En cette dernière semaine de ramadhan, où tout le monde s’affaire a préparer la fête de l’aïd, la mendicité est devenue un phénomène tel qu’il ne peut ne pas être remarqué, tant le nombre de mendiants connait une nette croissance, visible pour les passants à qui parviennent les complaintes et les implorations de ces laissés pour compte, ou apparaissant comme tels si certains d’entre, eux sont connus, faisant partie du décor quotidien habituel des citoyens par le fait de leur sédentarité dans un coin qu’ils occupent régulièrement à longueur d’année, d’autres mendiants peuvent être qualifiés d’occasionnels poussés probablement par la conjoncture spéciale de l’Aïd, à investir la rue quête de la générosité à fleur de peau des passants qui ne peuvent être indifférent à certaines images et mettre la main à la poche pour remettre une pièce de monnaie dans la main tendue du mendiant pour celui qui sillonne la quasi-totalité des villes de la wilaya de Mostaganem, il n’a pas besoin de faire un recensement pour en connaitre des ravages de la pauvreté et dont la mendicité peut être considéré comme un instrument de mesure de sa prévalence, même si l’on accorde par ailleurs à l’hypothèse de la présence de faux mendiants une certaine proportion que nul ne peut quantifier sans une enquête sérieuse sur le phénomène. Toujours est-il que ce sont ces mendiants de toutes les catégories (des infirmes, des malades, des femmes trainant des enfants en bas âgé), dont prolifération est incontrôlable, qui battent en brèche le discours des officiels sur l’inexistence de la pauvreté. A l’intersection des rues, au niveau des passerelles, sur les trottoirs, devant les magasins, les mosquées, dans les bus, sous les arcades… ils nous fournissent la preuve de leur existence, interpellant la conscience de ceux qui nous gouvernent de ne pas se contenter de mots pour nier une évidence qui sollicite un traitement d’urgence. Qui sont-ils ? D’où viennent-ils ? Pourquoi recourent-ils à cette pratique ? La Zakat El Fitr, leur parvient-elle ? ce sont là autant de questionnements du commun des citoyens de cette wilaya, des questions justifiées par le fait que ces gens ne sont pas de la localité où ils mendient, mais viennent de contrées lointaines, peut-être pour cacher leur indigence ou leur arnaque, c’est selon. « la Zakat collectée au niveau des mosquées et redistribuées au pauvres, dit-on parvient-elle vraiment à ces misérables qu’on rencontre dans nos rues ? » s’interroge l’un des citoyens, qui en doute du fait que seuls ceux connus de la commission de distribution seront servis, excluant les sans-abri, les sans-adresse fixe, ceux qui vivent dans des grottes, sous des ponts, sur les trottoirs en marge de la société. « moi je donne ma Zakat directement à ceux que j’estime dans le besoin, sous la faire transiter par la mosquée, c’est notre tradition que je n’ai aucune raison de changer, d’autant que l’aide transitant par les caisses publiques ont tendance à financer des discours qui nient les réalités qui nient les réalités qui crèvent les yeux et les cœurs » conclut notre interlocuteur. Quoi qu’il en soit, la mendicité faisant partie de notre quotidienneté, se manifestant encore davantage à l’occasion des fêtes religieuses, doit inciter à un travail en direction de ce fléau pour le réduire, faute de pouvoir l’éradiquer, par un travail approprié à la charge des pouvoirs publics dont on attend plus d’actions que de discours triomphalistes.

T B A
Mardi 22 Septembre 2009 - 08:00
Lu 799 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+