REFLEXION

Mostaganem : Le calvaire des parents d'élèves. Les enfants renvoyés à cause de tabliers.

Collège d’Enseignement Moyen. CEM en abrégé. Un cycle d’enseignement où l’élève se voit « adulte ». On n’y parvient après une réussite. Pas n’importe quelle réussite.



Mostaganem : Le calvaire des parents d'élèves. Les enfants renvoyés à cause de tabliers.
La réussite de ce qu’on appelle encore « sixième », malgré toutes les dénominations étatiques et gouvernementales. Il fut un temps où la « sixième » n’était pas donnée à tout le monde. Elle était inaccessible. La sixième était la première année du lycée. L’enfant abordait de nouvelles matières. Il n’a plus un seul maître, mais un maître par matière. En sixième, on ne dit plus calcul, mais mathématiques. L’enfant est « mûr ». Il a douze ans. Son trajet jusqu’au collège est plus long. Dès le premier jour dans sa sixième, il sent que la maman et le papa le traitent d’une autre manière. Il se sent grandi. En théorie, les problèmes sont moindres. L’enfant a plus conscience de la joie des parents et essaie d’y maintenir le cap. Il le maintiendra avec eux et grâce à eux. Mais avec les surprises que nous réservent les « ordres venus d’en haut », il serait difficile de promettre à l’enfant que l’aiguille de notre boussole ne s’affole dans la houle. C’est avec des mots bien choisis et un sang froid inégalé que M. Mohamed Rachid a essayé de nous expliquer la situation tragicomique que vivent nos enfants et leurs parents en ce premier jour de la rentrée scolaire 2009-2010. C’est un dilemme que vivent nos enfants et leurs parents. M. Mohamed Rachid est le président de la Fédération des Associations de Quartiers de la wilaya de Mostaganem. Des problèmes, il en a vus. Il n’y a presque pas de problème sans solution. Il l’espère du moins. CEM Zeddour Mohamed, ex-Ecole Blanche à Saint Jules au cœur de Mostaganem. Mohamed a accompagné sa petite fille de douze ans pour sa première journée de sixième. La petite dame est en tablier rose sans manches. Un beau tablier payé près de mille dinars. Sur le chemin Mohamed détaille à la grande dame ce qu’est sa nouvelle vie de collégienne. Un bisou et Mohamed confie la petite aux responsables de l’institution. Midi. La petite est de retour à la maison. Elle a un grave problème. Plus grave que l’emploi du temps et le manque de livres qu’elle n’a pas choisis. Plus grave encore qu’une baffe d’un môme dans la cour de récréation. Incroyable ! Le tablier qu’elle avait choisi avec le papa et la maman est interdit de port. Et pourtant a bien pioché dans ses économies du Ramadan et de l’Aïd El Fitr pour satisfaire le ministre de l’Education Nationale. La mesure est impopulaire, mais on se plie bien quand il s’agit de l’avenir de nos enfants. L’état a bien demandé que les garçons portent des tabliers bleus et les filles, des tabliers roses. Lors de son inscription a bien ramené un papier sur lequel figurait le règlement intérieur du collège, les frais d’assurance et les prix des livres. Sur ce même papier, la direction stipulait que le tablier de la collégienne devait être obligatoirement rose. Mohamed Rachid, en citoyen discipliné, s’est bien plié, sauf qu’il a préféré avec la maman et la petite un tablier sans manches. Et… c’est interdit !!! Aucune note, selon Mohamed ne stipule que le tablier doit être avec ou sans manches. Selon Mohamed, les tabliers pour les adolescents de quinze et seize ans sont inabordables. Par les temps qui courent où le citoyen ne retrouve plus dans la cherté de la vie et son pouvoir d’achat qui dégringole, ce « tablier de malheur » avec ou sans manches ne constitue-t-il une punition ? Si Mohamed s’est adressé au directeur du CEM, c’est plus pour trouver un compromis que pour faire abandonner à sa petite l’école, comme l’a fait ce citoyen de Mascara à l’ensemble de ses enfants. La petite de Mohamed Rachid n’est pas prête de jeter le tablier et encore son papa. Et dire que des millions d’Algériens vivent le dilemme de ce citoyen.

. .
Lundi 14 Septembre 2009 - 12:43
Lu 876 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+