REFLEXION

Mostaganem : La cheffe de service ORL de l’hôpital refuse sa prise en charge, qui sauvera Aoued de son adénopathie qui lui envahit le visage ?



Mostaganem : La cheffe de service ORL de l’hôpital refuse sa prise en charge, qui sauvera Aoued de son adénopathie qui lui envahit le visage ?
En ce pays, le pauvre est contraint de naitre, de subir les aléas du sort qui s’acharnent sur lui, en l’inondant de tant de maux sociaux, physiques, et surtout matériels, pour mourir en fin de compte dans l’anonymat total et le silence absolu…
Nul ne lui viendra au secours où l’assister à porter son lourd fardeau, il y sera seul à le trainer de jour en jour et de privation en privation. Aoued en est un de ces pauvres qui naissent en ces jours sans soleil, et où la chance aurait été totalement absente.
Agé à peine de 29 ans, il a trimé fort et dur, il a fait l’ouvrier depuis l’âge de 8 ans, il a cueilli les olives, irriguait les champs de pommes de terre et d’orangers, mélangeait le béton armé, détruisait les murs mal montés et les dalles mal nivelées, il a dormi au clair de la lune, sous le seuil de la maison, durant tant d’hivers, parce que, ce toit était composé d’une unique pièce de 16 mètres carrés, où s’entassait ses frères, ses sœurs et sa mère, et qui servait de chambre à coucher, et de cuisine, et dont l’unique fenêtre était, le long de l’année, fermée par une étoffe verte, Aoued buvait de l’alcool pour pouvoir dormir et ne point grelotter au froid qui lui glaçait les os et de la faim qui lui tenaillait l’estomac, c’était sa façon de s’oublier et ne plus sentir le poids de la misère qui le cernaient de partout, son père est sorti une nuit et n’est jamais revenu, il parait qu’il s’est refait une vie à Gdyel, sa mère a fini par le marier à une femme qui n’a guère dépassé les 03 mois au sein de la galère de Aoued, elle n’a pu s’adapter au régime infernal de cette famille qui se contentait de quémander son pain quotidien chez les voisins et où la viande est presque interdite de séjour au sein de ce foyer qui ne la voit atterrir au fond de sa marmite que les jours de fêtes de l’Aïd El Kébir.
Fatigué de livrer un combat sans armes égales à un destin qui lui a réservé tant de sales surprises, Aoued en a fini par tomber malade, et s’aliter sans pouvoir se relever d’un mal fort douloureux, il souffre depuis 03 mois, d’une adénopathie qui a fini par lui envahir totalement le visage. Assisté par des voisins qui l’ont prit en pitié et l’ont aidé à parvenir à l’hôpital d’Oran où il a été traité, mais orienté sur l’hôpital de Mostaganem, vers le service de l’ORL, pour la poursuite de son traitement en milieu hospitalier, mais malheureusement, la poisse a fini par le poursuivre en ce lieu où la chef de service de l’ORL, a jugé de ne point le prendre en charge, parce que son état est trop critique, sa mère qui l’accompagnait à l’hôpital ne cesse de sangloter et de supplier toute le monde de l’aider à sauver son fils, mais pour la seconde fois, la réponse de la chef de service demeure négative, elle ne prendra pas sur les lits de l’hôpital public, ce malade qui n’a aucun moyen financier ou autre pour se faire soigner, ni « des épaules larges » pour se faire admettre à l’hospitalisation, sans trop souffrir de ce va et vient incessant, malgré sa disposition d’une lettre en bonne et due forme de son médecin traitant. De retour au foyer, Aoued ne cesse de gémir de douleurs, son adénopathie s’est infectée et est devenue purulente, il n’a pu se payer les médicaments, faute de sous, il souffre et ne parvient plus a s’endormir, la douleur s’est accentuée et à présent, des questions se posent…. Faut-il laisser Aoued mourir sans se soucier ? Sommes-nous devenus inhumains à ce point ? Qui sauvera Aoued ? Qui commande à l’hôpital où Aoued vient d’être interdit de séjour ?


L. Ammar
Mercredi 22 Juillet 2009 - 08:00
Lu 679 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+