REFLEXION

Mostaganem : Hôpital CHE GUEVARA, le plafond d’une salle du pavillon Neurochirurgie s’écroule



Mostaganem : Hôpital CHE GUEVARA, le plafond d’une salle du pavillon Neurochirurgie  s’écroule
Le pavillon Neurochirurgie de l’hôpital « Ché Guevara », avait frôlé la catastrophe ce lundi matin. En effet, au moment où le personnel médical et paramédical vaquait à ses occupations comme à l’accoutumée, un bruit assourdissant venait de se produire à l’intérieur d’une petite salle attenante au hall d’accueil du pavillon. Le faux plafond venait de s’écrouler complètement dans un fracas étourdissant, laissant un spectacle des plus désolants. Passé les premiers moments de stupeur, le personnel et les rares personnes qui se trouvaient dans le couloir accouraient. Le spectacle qui s’offrait à eux était bouleversant, on sentait qu’ils mesuraient toute l’étendue du désastre, si l’endroit aurait été fréquenté. Dieu merci ! Lança une infirmière, il n’y avait personne dans la salle.
Le pavillon a connu par le passé plusieurs fermetures par manque généralement de spécialistes en neurochirurgie. A chaque fois qu’un neurochirurgien arrive, le temps de connaître les lieux, il pliera bagages pour des raisons qui demeurent obscures. Cette fois, selon certaines indiscrétions, les choses s’améliorent, le pavillon a rouvert ses portes définitivement, les soins sont assurés par un spécialiste permanent conventionné avec l’hôpital. Espérons que cela dure ! Toutefois, ceci n’empêche pas les responsables de prendre en charge les travaux qui s’imposent dans un pavillon censé être doté de tous les moyens matériels, à l’image des services de neurologie d’autres établissements hospitaliers. Car ce qui s’est produit avant-hier, prouve encore une fois et si besoin est, qu’il y a un manque de rigueur dans la gestion et la prise en charge des problèmes. D’ailleurs, la première image qui frappe à l’œil en se dirigeant vers le pavillon en question, reste l’enseigne murale indiquant la neurochirurgie, complètement brisée à telle enseigne que cela fait mal au cœur. Et pourtant… ! En tous cas et comme l’avait si bien dit cette gentille infirmière, « Dieu merci, personne n’est blessé ». Alors, au boulot Messieurs !

Mosta
Mercredi 1 Juillet 2009 - 08:00
Lu 1057 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+