REFLEXION

Mostaganem : Graves négligences à la morgue de l'hôpital. Un cadavre laissé à l’air libre pendant plus de 10 heures



Dix heures, pendant dix bonnes heures, le cadavre du jeune K.M, était en train de moisir sur une table au sein de la chambre mortuaire de l’hôpital « morgue » sans qu’il ne soit mis dans le cube frigorifique. La dépouille mortelle dégageait des odeurs puantes à telle enseigne que son état commençait à prendre une couleur bleuâtre.
Le cadavre de K.M est resté pendant plus de 10 heures, étalé sur une table à la morgue de l’hôpital de Mostaganem, à tel point qu’il en dégageait des odeurs insupportables et commençait à prendre la couleur bleuâtre. Selon les premières informations, le service des urgences médico-chirurgicales, atteste que K.M était décédé bien avant son admission au service des urgences, contrairement aux déclarations des camarades de la victime, qui affirment mordicus que leur ami était bel et bien vivant à son arrivée aux urgences et qu’il respirait le plus normalement du monde, lorsque les éléments de la protection civile sont arrivés pour l’ évacuer vers les UMC de Tigditt, le dimanche dernier aux environs de 14 heures. KM, était victime d’un malaise du à un étourdissement à proximité de son domicile familial sis à la rue Berraïs à Mostaganem. Il a fallu à la victime, selon ses accompagnateurs plus d’une heure pour qu’un médecin de garde daigne l’ausculter. Malgré les interventions incessantes de leur part, mais rien n’y fait. Après une heure, le médecin (femme) qui l’avait pris en charge est revenu pour leur déclarer que le patient, âge de 40 ans était déjà mort, avançant de facto la thèse de la mort bien avant son admission, chose qui a provoqué le courroux de ses amis, selon eux, ils ont contesté farouchement cette thèse et sollicité la présence du directeur de l’hôpital. Un précédent très grave dans les annales de l’hôpital de Mostaganem, car le lendemain aux environs de 7h30 mn, l’un de ses amis est revenu à l’hôpital et à sa grande surprise, il n’en revenait pas, il découvrit le cadavre de son ami étalé sur une table à l’intérieur de la chambre mortuaire et non pas dans le cube frigorifique destiné aux dépouilles comme le prévoit la réglementation. Depuis donc, son transfert des urgences médico-chirurgicales la veille, la dépouille mortelle était laissée à l’ai libre à tel point qu’elle dégageait des odeurs insupportables. Cet état de fait a failli dégénérer, lorsque le visiteur commençait à interpeller les médecins et les responsables sur ce qu’il venait de constater. Sans le moindre scrupule, ni la moindre conscience professionnelle, on lui répondit « Hélas ! On a eu sept cas cette nuit, et on n’a pas où mettre cette dépouille, tout est plein». Et selon les déclarations de H.M, la victime a quitté ce monde le dimanche aux environs de dix neuf heures et est restée au niveau des urgences jusqu’à vingt trois heures, avant que le corps ne soit transféré à la morgue de l’hôpital central jusqu’au matin soit dix heures, non pas dans le frigo mais à l’extérieur, étalé sur une simple table, avec cette canicule qui sévit depuis plusieurs semaines dans la région. Pour de plus amples informations, nous avons essayé de contacter le directeur de l’hôpital, malheureusement, ça sonnait mais personne au bout du fil. Voilà un cas éloquent qui ne mérite même pas de commentaire. Le secteur de la santé à Mostaganem nécessite pas une inspection mais toute une remise à niveau, des indices forts inquiétants commencent à jaillir ici et là. Après le scandale de la maternité mercredi dernier, c’est au tour du service des urgences, qui de tout temps provoqué le courroux des contribuables pour la nonchalance, l’irrespect et l’anarchie qui y règne depuis fort longtemps. Pour ce cas précis, les bonnes consciences se font rares, mais le mutisme et le silence complices, en disent long et la question restera à jamais posée. Qui est à l’origine de ce drame ? Y. Zaza

Y. Zaza
Jeudi 6 Août 2009 - 08:21
Lu 864 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 10-12-2016.pdf
3.37 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+