REFLEXION

Mostaganem. Et le 12 fit des siennes à Beymouth : Un blessé pour le moment



Mostaganem. Et le 12 fit des siennes à Beymouth : Un blessé pour le moment
Comme l’on s’y attendait, l’un des bus de la ligne 12 l’a fait aujourd’hui aux environs de quinze heures trente un blessé et des dégâts matériels.
Inutile de rappeler l’état de ces moyens de transport populaire qui frise le ridicule. La patience des usagers a eu raison de l’inconscience de ceux-là qui profitent du citoyen tombé dans le besoin. Que l’on se dirige vers la karia, les bâtiments chinois, le chemin des crêtes ou Mazagran-ville, vous êtes obligés d’emprunter le 12. Il n’y a pas autre moyen pour ces dix dinars à part un taxi quémandant dix fois plus le tarif de jour et 20 fois plus de nuit. Et le 12 vient de faire des siennes. L’un de ces tas de ferrailles que l’on fait veut faire passer à tout prix pour des autobus à tous les niveaux aux dépens du citoyen, grimpant cahin-caha la pente de Beymouth, ne trouva pas mieux que de faire une marche arrière incontrôlée pour aller écrabouiller un Peugeot 206 break faisant fonction de taxi. Une marche arrière due à une défaillance de freins, dit-on. En plus des arrêts forcés pour changement de courroie et les arrêts non pas au terminus, mais « un peu plus loin » pour diverses raisons et les demandes d’arrêt à la criée par manque de bouton d’appel d’arrêt, les bus qui vous font fon vivre un calvaire sur une si courte distance se voient dotés de morceaux de planche et de manches à balais comme moyens de verrouillage des portes, des leviers de changement de rapport de vitesses qui craquent à en croire que c’est usiné ainsi et des portières à côté desquelles il ne fait pas bon y être été comme hiver. La négligence des uns et l’indifférence des autres a fait que l’habitude de se trouver dans ces caisses à l’insalubrité repoussante fasse partie du paysage sans que l’œil ne cligne. Désormais, l’on est prévenu que le 12 en fera des siennes avec la prière que ce soit sans dégâts humains ni matériels. Et après l’accident fusèrent des « ça devait arriver un jour ou l’autre ».

Sadek
Lundi 8 Juin 2009 - 08:11
Lu 608 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+