REFLEXION

Mostaganem : Encore une autre école malvenue.

Les docks silos de tous les maux.



Mostaganem : Encore une autre école malvenue.
Il y est des choses qui font sortir de ses gongs le plus paisible parmi les paisibles. Quand un organisme d’état vous défie et vous nargue, vous tendez les mains vers le ciel et vous vous remettez au bon Dieu. Et il en est ainsi des docks-silos de l’Office Algérien Interprofessionnel des Céréales (Oaic) implantés à proximité d’une université et d’une cité de 250 familles.

Une cité où il ne fait pas bon y vivre contrairement à ce que l’on croit. La cité Emir Abdelkader, faussement dénommée cité militaire est bien calme, mais quand commence les déchargements de céréales dans les silos, les riverains se cloîtrent chez eux et plus de détente dans le patio pour lire son journal. Même les plantes souffrent le martyre. Le problème est tel que par moment les amas de son de céréales s’agglutinent sur le sol pour former des taches éparses jouant à cache-cache avec un vent qu’on croirait corrompu pour être toujours au rendez-vous avec les grosses bennes. L’Oaic était bien implanté avant ses riverains. Nécessité oblige, le choix est tombé là où il ne faut pas, et l’on s’y est mis à bâtir. De 64 villas au début en 1986 à plus de 250 aux dernières données. A une certaine époque, il paraissait « loin là-bas à la sortie de la ville ». La ville a grandi et a tendu ses tentacules pour absorber complexes, usines, hangars, dépôts et autres aires de jeux de ceux qui sont grands-pères et d’autres qui ne sont plus de ce monde. Les pétitions se suivent et se succèdent, mais la sourde-oreille a plus que jamais le dos tourné. Mais là où le bât blesse, c’est quand il ne s’agit plus de modestes citoyens, mais d’un organisme d’état qui ne trouve pas mieux pour bâtir une école primaire que l’espace compris entre les docks-silos qui polluent la vie aux élèves chez eux-mêmes et une station de lavage de véhicules où ronflement de moteurs et autres bruits de jets d’eau, de karcher et de compresseurs ne feront pas de cadeau en matière de bonnes notes. Pour ce qui est des accidents et autres tamponnages avec les têtes de bambins avec la tôle de véhicules de tous types et de tous gabarits et en particulier les semi-remorques desservant l’Oaic roulant parfois des vitesses vertigineuses. Touchons du bois pour que le pire n’arrive pas. Par contre, l’on est sûr que l’asthme et autres maladies pulmonaires feront des ravages parmi ces bouts de choux que l’on éduque pour en en faire des médecins et autres écolos.

Riad
Jeudi 5 Mars 2009 - 08:43
Lu 696 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+