REFLEXION

Mostaganem : Cité Houria, Mazagran et Stidia, des amarres pour bateaux en guise de ralentisseurs

A constater des ralentisseurs de fortune entreposés au beau milieu de nos rues, démontre encore une fois, l’absence de l’autorité de l’Etat. Qui a autorisé la pose de ces ralentisseurs ?



Mostaganem : Cité Houria, Mazagran et Stidia, des amarres pour bateaux en guise de ralentisseurs
De gros câbles destinés à amarrer les bateaux au niveau des ports, longs de cinq à six mètres, sont fixés à l’aide de rond à béton n° 6 en plein rue à la cité Houria, Stidia et à Mazagran. Des ralentisseurs qui n’ont absolument rien à voir avec ceux autorisés par les services de l’état, et dont l’opération de pose est en train de se faire progressivement à travers les communes de la wilaya. Une situation inacceptable, sachant que plusieurs automobilistes se sont cassés les dents, en passant dessus. Un chauffeur de taxi, qui venait d’être victime de l’un de ses ralentisseurs de fortune situés à la cité Houria, n’a pas caché sa colère, un amortisseur venait de craquer au moment où il traversait l’un de ses ralentisseurs de fortune au nombre de trois, séparés d’une centaine de mètres l’un de l’autre. Selon certains témoignages crédibles, à Stidia et à Mazagran, il en est de même, des amarres fixées sur la chaussée sans que les autorités communales n’en daignent bouger le petit doigt. Effectivement et selon toute vraisemblance, ces ralentisseurs ne sont pas conformes aux règles, du fait que l’épaisseur, la taille, la longueur et la largeur d’un ralentisseur, sont définis par la loi, alors pourquoi autorise-t-on de tels comportements et de tels agissements hors-la-loi, d’autant plus que la commune n’est pas la seule à être incriminée dans cette affaire, mais aussi les services des travaux publics, à qui revient l’avis technique et la décision de poser des ralentisseurs en milieu urbain. Tous ces services semblent, apparemment dépassés par les événements, sauf bien sur, si cette opération aurait été commandée par eux, ce qui serait anormal dans la mesure où ces ralentisseurs ne répondent en aucune manière aux normes requises. Alors, la question qui reste posée, que font les pouvoirs publics face à une telle situation, sont-ils pour autant complices, pour ne pas intervenir et mettre un terme à ces agissements ?

Hocine
Mercredi 19 Août 2009 - 08:00
Lu 1191 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 06-012-2016.pdf
3.51 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+