REFLEXION

Mostaganem : Après une traversée réussie de la méditerranée, 9 harraga incarcérés à Alicante dès leur arrivée



Mostaganem : Après une traversée réussie de la méditerranée, 9 harraga incarcérés à Alicante dès leur arrivée
Chaque semaine, les médias rapportent les multiples tentatives d’émigration clandestine de nos concitoyens en traversant la méditerranée au péril de leurs vies à bord d’embarcations de fortune. C’est la saison des harraga. Néanmoins, il est impératif de signaler que le phénomène a pris une dimension tragique et dangereuse à la fois puisqu’il a touché toutes les régions du littoral. Nos jeunes chômeurs ne sont guère les seuls candidats au voyage indécis vers l’autre rive mais on y trouve des étudiants, des femmes, des mineurs, des cadres (avocats et autres) et récemment on a entendu parler que même des handicapés ont tenté leurs chances à la harga.
Le phénomène de l’émigration clandestine ne cesse de prendre des proportions alarmantes. Nos jeunes (et moins jeunes) quittent le pays. Autrement dit, l’impasse en est la cause. Ni la loi ni les promesses des responsables n’ont pu finalement endiguer, un tant soit peu, ce phénomène. En effet, le week-end passé, pas moins de 09 personnes dont l’âge varie entre 22 et 30 ans ont passé à l’action en réussissant d’atteindre le territoire espagnole après un voyage qui a duré une douzaine d’heures. Ils sont issus de la région Est de Mostaganem ( Sidi Lakhdar, Sidi Ali et Achaacha). Selon de sources crédibles, ils ont pris le large à partir du lieu nommé « sedaoua » dans la commune de Sidi Lakhdar, entre les plages d’Ain Brahim et petit port. On a appris que l’un des haraga est un sourd muet. Une fois arrivés sur le territoire espagnol dans la région d’Alicante, les malheureux harraga ont été intercepté par la police espagnole et ils sont, actuellement, internés dans un centre de détention pour immigrants clandestins, a-t-on appris de sources crédibles.
Pour rappel, vingt-cinq candidats à l'émigration clandestine vers l'Europe, âgés de 17 à 35 ans, ont été interceptés, samedi matin au large d'Annaba, ont annoncé les gardes-côtes. D'après un journal arabophone; parmi les haragas interceptés, il y a 4 jeunes avocats. Comme quoi les textes de loi qui criminalisent la sortie illégale du territoire sont sans effet même chez le corps judiciaire !
En tous les cas, le drame continue malgré l’arsenal juridique et les vœux pieux de nos responsables qui n’ont pas pu endiguer le phénomène. Il est temps de répondre à cette question: «Pourquoi nos jeunes quittent le pays?»

Abdelwahab Adda
Mercredi 8 Juillet 2009 - 08:34
Lu 1260 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+