REFLEXION

Misère d’un mal voyant : Un mostaganémois en sursis de mort

Ces dernières années, les appels à l’aide de personnes et de familles en difficulté se sont multipliés, à un tel point que l’on se demande s’il y a une oreille attentive, pour prendre cette frange en charge dans le cadre d’un programme organisationnel qui mettrait fin à leur calvaire.



Misère d’un mal voyant : Un mostaganémois en sursis de mort
Le quotidien est le même pour toutes ces personnes mais les problèmes sont différents selon les situations d’où la précarité pour de nombreuses familles victimes de la misère qui les frappe de plein fouet.  Le cas  de M. Derki Ahmed qui vit à la Cité des 600 logements Ilot A8 Kharrouba,  est éloquent  et met en lumière ce mal profond qui ronge des familles entières sans ressources  et dont le chef de famille ne peut assumer une telle charge du fait de son handicap à l’exemple de ce père qui est venu crier sa détresse ne sachant vers qui se tourner.  De telles situations, remettent en question les efforts de l’Etat qui cherche  par le biais de la DASS, à alléger et aider cette frange de la société, mais il est clair que  sans la coordination de certaines institutions et la collaboration des services sociaux rien ne peut être fait pour les sortir du marasme dont ils sont confinés. Précarisation, éclatement des familles, ruptures sociales, et autres fléaux  sont à prendre au sérieux pour éviter que ces familles ne se désintègrent et se diluent dans les méandres de la déperdition, aussi est-il urgent de permettre aux personnes et familles en situation précaire de faire face aux nécessités quotidiennes, se loger, se nourrir et l’aide sociale momentanée dans les situations de détresse ne peut être une solution à long terme, à savoir l’assurance d’une vie décente surtout pour la catégorie des handicapés. C’est d’ailleurs le constat qui a été fait concernant Derki Ahmed   un mal voyant n’ayant aucune ressource pour subvenir  à ses trois enfants dont la situation à tendance à s’aggraver de plus en plus et si l’on croit des témoins ce dernier se débat depuis longtemps dans la misère, ne sachant à quelle porte frapper. Cet handicapé atteint de cécité et malade de surcroit,  est acculé à la mal vie du fait qu’il n’arrive même pas  à nourrir ses enfants en bas âge qui selon ces mêmes témoins dorment parfois sans manger. Se sentant inutile et diminué par son handicap visuel, il ne peut ni travailler ni vivre une vie décente du fait qu’il n’a pas de logement pour abriter sa petite famille, ce n’est que grâce à l’aide de sa sœur. Cette sœur, qui  exerce le métier de femme de ménage  dans les foyers pour subvenir aux besoins de  cette famille, a du se sacrifier pour son frère et depuis a refusé tout prétendant qui s’est présenté à elle pour ne pas l’abandonner à son sort, sachant que celui-ci était dans l’impossibilité d’assumer les charges matérielles surtout pour ce qui est des enfants en bas âge et du loyer dont le montant absorbe toute la mensualité et qui est de l’ordre de  6000,00 DA par mois et c’est  la sœur  qui paye  la location avec son maigre revenu, ce qui les pousse parfois  tous autant qu’ils sont à demeurer  durant plusieurs jours  sans  un bout de pain pour apaiser la faim de cette famille et surtout  celle des enfants. A ce propos, il est à signaler que plusieurs demandes de logement, d’audiences et autres démarches ont été faites  auprès des autorités concernées mais en vain. Derki Ahmed   handicapé, n’a pu trouver pour se faire entendre que le Journal Réflexion pour lancer un ultime appel à monsieur le wali, pour lui demander au nom de la miséricorde et de la charité humaine de se pencher sur son cas afin de venir en aide  à sa famille qui souffre le martyre et qui aspire à une vie décente comme tout algérien digne de ce nom.

Benyahia Aek
Lundi 30 Avril 2012 - 13:20
Lu 819 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager


1.Posté par NOUR -EDDINE le 30/04/2012 17:14
Voila les conséquences que subissent les mostaganémois (ouled el bled) pas de logement,pas de ressources et handicape) nous le connaissons ce frère ,il est naïf,brave ,volontaire honnête ,il tous les qualités des braves gars ,il n'est pas malin ,le moments ou les parachutés(hors wilaya) ont implantés des baraques pour bénéficier des logements sociaux,lui n'a voulu cette tricherie,il déposé des demandes selon la réglementation en pensant qu'il va être entendu,ou sont les notables de votre ville pour faire justice et défendre nos droits ,donnez nous ces cordonnés ou son compte bancaires afin qu'on puisse l'aider,on lui souhaite un bon rétablissement de sa maladie visuelle
et on lui dit chedda fi ellah

2.Posté par hachemi le 01/05/2012 16:00
bonjour je voudrais les cordoner de ce monsieur merci

3.Posté par Réflexion dz le 01/05/2012 18:19
Voici ses cordonnés :
Cité 600 lgts ilot A8 Kharouba 3 – Mostaganem
DARKI Ahmed : 07 73 80 56 87

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+