REFLEXION

Menaces sur une fragile paix sociale



L’ébullition du front social en ce premier mois de l’année 2010 qui s’annonce fort houleuse, avec son lot de grèves multiples à travers tant de secteurs névralgiques de l’économie nationale (les deux plus complexes industriels, l’ex-SNVI et l’ex Sider) et de la société (l’éducation et la sante), n’augure rien de bon et ne présage que l’annonce d’un fort « orage populaire » oui se dessine à travers les prémices revendicatives d’un nouveau « octobre noir », plus violent que de celui de l’année88 ….. !
Ces protestations massives ne peuvent être occultées, et le mutisme des pouvoirs publics, qui a été observé pendant une dizaine de jours, n’a fait que pourrir une situation alarmante qui a failli dégénérer en une forte révolte ouvrière opposant les forces anti-émeute qui n’ont pas hésité une seconde à bastonner ces travailleurs qui voulaient exporter leur grogne sur les rues pour « contaminer » le reste des citoyens, qui ne cherchait qu’une brèche pour crier son malaise social.
Seul le dialogue serein, sans démagogie, sans trop d’accusations gratuites envers ces grévistes qui peinent beaucoup pour boucler des fins de mois, de plus en plus difficiles, peut en venir à bouts de ces conflits qui naissent, en face d’une hausse vertigineuse des prix de produits de première nécessité et de l’érosion du pouvoir d’achat qui se détériore au fil des jours. Ils étaient 8000 ouvriers, issus tous du complexe de montage de véhicules industriels (SNVI) de Rouiba, à âtre en grève pendant 11 jours et quelques 7200 autres travailleurs de l’autre complexe de la sidérurgie (Arcelor Mittal) de Annaba à les imiter , et surtout pour dire non à une trêve sociale, décidée d’en haut avec la bénédiction et l’aval de l’UGTA (union générale des travailleurs Algériens)qui, en fin de compte ne représente plus le monde du travail, mais juste la défense et la protection des intérêts personnels d’une minorité qui s’est autoproclamée tutrice des travailleurs algériens, des grévistes qui ont signé la mort d’un pacte social et économique, un document devenu caduc et largement dépassé par les évènement sociaux et l’inflation galopante qui s’en fiche de tous les écrits, ces protestataires ont fini par faire comprendre au gouvernement que la trêve sociale ne se décrète pas et qu’elle vient définitivement d’être rompue, que l’hibernation ouvrière a pris fin également, et que surtout « la langue de bois » a bien fait son temps et qu’elle ne plus être d’usage, et que le temps est aux négociations sérieuses sur l’amélioration des conditions des couches ouvrières. Ces menaces revendicatives, qui ont failli rompre totalement la fragile paix sociale chèrement acquise, après de sacrifice et toute une décennie de terreur, ont fortement surpris les pouvoirs publics, qui ont changé de tactique et de stratégie et de stratégie, en appelant les forces anti émeutes a regagner les casernes et les travailleurs à un plus de sagesse, et surtout de discussions sérieuses autour d’une table, avec des échanges de vue, sur le règlement du conflit, qui fini avec l’émission de bonnes nouvelles et de mesures d’accalmie, consistant, le lancement de négociations sur le conventions collectives des branches de l’industrie nationale. Quant à la colère sociale des médecins spécialistes et des enseignants de l’enseignement secondaire, aucune solution n’a pu être envisagée, les spécialistes en médecins poursuivent la protestation, et les enseignants du secondaire temporisent à l’attente de la perception d’un éventuel rappel de primes pour décider de la suite de la tournure à prendre. Quant à l’état, il continue de faire le pompier en éteignant le feu, là ou il prend au lieu et place de le prévenir en sauvegardant cette paix que nous craignons de perdre, de par l’excès de zèle des partenaires en lice… le pouvoir, amateur de la sourde oreilles et les grévistes de l’entêtement pur et simple.

L. Ammar
Mercredi 20 Janvier 2010 - 10:56
Lu 339 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+