REFLEXION

Mascarade en MAJUSCULE !!!

GLISSEMENT DE TERRAIN A SIDI EL MEJDOUB (MOSTAGANEM)

Jamais dans l’histoire de Mostaganem on aura vu la plage de Sidi-EL Mejdoub dans cette état et jamais un site balnéaire n’a atteint un tel état de dégradations à cause du laisser aller et de l’insouciance de certains responsables et élus locaux mais surtout à cause du bricolage de la plupart des entreprises chargées des travaux de réfections et d’embellissement de cette plage, qui était la fierté des Mostaganémois, enfin les vrais !



Mascarade en MAJUSCULE !!!
Un paysage digne d’un après Tsunami
Il suffit de faire un tour sur place pour s’apercevoir de l’ampleur des dégâts causés par les dernières pluies, qui se sont abattues sur la région de Mostaganem. Un vrai désastre et une désolation pour les enfants de Mostaganem, surtout  pour ceux qui ont l’habitude de  venir souvent sur le site pour se remémorer du bon vieux temps…L’accès est barré par les eaux usées, qui viennent du côté des nouvelles cités, et des tonnes de sables se sont déversées sur la chaussée qui est devenue  à peine praticable. Le paysage est digne d’un après Tsunami !

Danger sur la santé publique
Vu les eaux usées qui se déversent sur la chaussée et qui forment même un petit lac, juste à l’entrée du site (haut), on peut dire qu’il y a un véritable danger qui menace la santé des citoyens et notamment ceux qui habitent sur place, crise de logement oblige. D’après des riverains une commission de la santé est venue sur place pour inspecter l’endroit et un rapport accablant a été transmis aux services concernés. Un des habitants des cabanons ne comprend pas pourquoi, ils sont délaissés de cette façon et sur un temps coléreux, il nous dit ceci : « dans cette endroit, il n’y a que des   gens pauvres, des gens, qui n’ont pas eu droit à un logement digne de ce nom alors ils squattent des vieux cabanons,  des  garages et même des buvettes…Nos responsables et nos élus ne viennent que l’été pour passer du bon temps, et ce n’est qu’à l’approche de la saison estivale, qu’ils investissent des millions pour que l’endroit leur offre un peu de confort pour leurs vacances et soirées, c’est honteux et inconcevable, on se demande si on existe pour eux ? »

Certains escaliers ont cédé sous le poids des eaux et du sable
Franchement dès qu’on arpente la chaussée qui donne directement sur la plage, on se croirait dans un endroit apocalyptique. Tout au fond, le niveau du sable recouvre la muraille haute de plus d’un demi mètre et là on s’aperçoit que les gens, qui habitent sur place ont  fait un grand travail en enlevant une grosse partie du sable pour le balancer en bas (plage). D’après un habitant qui occupe une cabane en bois, les habitants ont passé une nuit cauchemardesque et ont du compter sur eux même et les moyens de bord pour sauver leurs vies et celles de leurs familles. La plage de Sidi-El-Mejdoub ressemble à un endroit dévasté et sinistré.
   
Des travaux de moins d’une année, qui démontrent  de sérieuses carences, à qui la faute ?
Un mur construit sur la route supérieure et qui date de quelques mois, commence à s’effriter et à  tomber en  ruine, on dirait qu’il  a 20 ou trente ans, alors qu’en bas et juste avant d’accéder à la plage, le trottoir commence à s’affaisser au niveau de certains endroits. Justement pour cette dernière anomalie on pourra vous donner des explications par des citoyens  qui nous ont ramenés des photos de l’endroit en question à l’époque des travaux et les ouvriers chargés des travaux, colmataient les brèches et les gros trous avec de l’herbe et des troncs d’arbres au lieu de mettre du gravier et des remblais, questionné sur cette faon de faire, ils  nous répondirent : « c‘est pas nous mais l’entrepreneur qui demande cela ! ». Franchement, il est temps que les élus et les responsables locaux s’intéressent  de près à toute cette mascarade, à moins que….    

Qui va payer la facture ?
La facture sera lourde et salée  alors que des travaux ont été fait afin d’éviter toute cette situation désastreuse et ce KO. Des travaux qui ont couté des millions, si ce n’est des milliards. Tout est parti en fumée… ou carrément emporté par les eaux en furie. Il faudra nettoyer l’endroit et refaire la plupart des travaux. La facture sera salée et là on se demande qui va payer. Des travaux payés  rubis sur ongles mais qui durent le temps d’une saison estivale ! Où allons nous franchement, nous faisons du sur place, c’est sur mais aussi du mal au pays…    

Mihoub
Mercredi 4 Janvier 2012 - 11:06
Lu 880 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+