REFLEXION

Manipulation médiatique



Comment faire plier ces algériens pour qu’ils renoncent à leur sacro-saint principe de s’opposer à toute ingérence étrangère dans la région du Maghreb, notamment au Sahel. Toutes les options étaient étalées sur la table, la semaine dernière à l’Elysée, mais rien n’y fait, aucune n’est fiable. Alors, l’astuce est toute trouvée. Ce sont les services secrets français qui se chargeront du dossier. Pour y parvenir, il fallait mettre en branle la machine médiatique dans le but d’exercer des pressions sur les autorités algériennes afin de les amener à renoncer à sa position de principe. Un vieux procédé, qui date de la nuit des temps. Mais il fallait trouver le scoop idéal et pour ce, on n’hésite pas à inventer et à véhiculer par voie de presse n’importe quoi. Les français ont une connaissance parfaite du peuple algérien et de son hostilité à toute présence étrangère sur le territoire national. Alors, Il faut toucher à cette corde sensible et semer le doute dans l’esprit des algériens, que leurs gouvernants leur ont dissimulé, à savoir l’existence d’un centre d’écoute américain implanté dans la wilaya de Tamanrasset, composé de pas moins de 400 militaires spécialisés en communication et que même les services secrets algériens seraient sur écoute par les américains. Cette machination médiatique livrée au grand public par le journal satirique français « Le canard enchaîné » sur injonction des services secrets et sous l’œil vigilant du Quai d’Orsay, se voulait, un moyen de pression pour faire plier l’Algérie pour que la France puisse superviser elle-même toutes les opérations dans la région. Mais ce que semblent omettre les français, ce sont les deux démentis catégoriques et sans ambiguïté des deux gouvernements algériens et américains sur une pseudo-présence américaine au sud algérien. L’opinion publique nationale est mûre à telle enseigne que ni les coups bas des services secrets français, encore moins de leurs relais dans la région subsaharienne, n’arriveront à la manipuler. Hier comme aujourd’hui, les autorités algériennes, restent hostiles à toute implantation américaine ou autre, non seulement sur le territoire national mais sur toute la bande sahélo-saharienne. Message reçu cinq sur cinq par les américains, malgré une pléiade de personnalités de haut rang dans la hiérarchie politique et militaire américaine, venue pour persuader les algériens sur la nécessité de transférer le commandement militaire de Stuttgart en Allemagne vers l’Afrique. Les manœuvres de Bernard Kouchner qui veut que la France revienne en Algérie, ne sont pas aussi innocentes qu’on pourrait le croire. Le french’ doc en est le principal instigateur du droit d’ingérence, ne l’oublions surtout pas. Le Mali, le Niger et la Mauritanie, ont ouvert leurs portes aux forces françaises. L’Algérie, n’est pas ces pays. A bon entendeur salut..

Amara Mohamed
Lundi 27 Septembre 2010 - 00:01
Lu 433 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 10-12-2016.pdf
3.37 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+