REFLEXION

Mahdia -Tiaret : Pres de 500 jeunes harragas et une vingtaine en attente. Quel destin et quelles solutions ?!



Mahdia -Tiaret   : Pres de 500 jeunes harragas et une vingtaine en attente. Quel destin et quelles solutions ?!
K’rahna est leur mot de passe, et peut être le mot d’ordre pour ces jeunes désespérés qui ont préféré rejoindre l’autre rive. Un destin inconnu et combien périlleux.
Ces jeunes ne reculent devant rien, l’un d’eux nous dira : « nous avons essayé les émeutes seulement pour attirer l’attention des responsables et des autorités, pour qu’ils se penchent sur nos problèmes hélas, rien n’a été fait. La corruption a gangrené la société et nous avons perdu notre place. Le temps passe et nos plaies s’approfondissent de plus en plus. Toutes les portes sont fermées. Les lois de l’emplies obéissent au diktat de l’opportunisme. Pour nous l’inconnu et l’irréalisable , c’est kif-kif, et devant cette situation certains acteurs du mouvement associatif à Mahdia viennent de tirer la sonnette d’alarme, et le rapport le plus virulent nous a été recmis par le président de l’association Jeunesse pour la solidarité et templion, M.Mohamed Biz qui dira : « depuis l’on 2000, nous avons recensé prés de 500 jeunes harragas dans la ville de Mahdia et ses périphéries et qui dans la totalité out rejoint l’Italie et la turquie, 15 d’entre eux sont portés disparus, et parmi ces 500 jeunes, on retrouve 5 filles et seulement pour l’année 2008, l’on recense prés de 120 qui ont choisi la harga malgré le péril. Mahdia prend est en 1ére position concernant les statistiques de la harga.
La criminalité est en hausse comme atteste les différents P.V des services de sécurité. Le chômage bat son plein, la démographie est galopante. La jeunesse est en quête de projets salutaires pouvant répondre à ses aspirations. Aucune étude socio économique n’a visé la société de Mahdia et une simple virée dans les cercles responsables auxquels l’état a confié la mission de prendre en charge les problèmes et qui s’est révélé vaine. Preuve à l’appui montrez nous les chiffres et les statistiques relatives à la ville de Mahdia, tonne notre interlocuteur, qui ajoute : « faites un tour à « Kahwat-El-Harragas » (café des harragas) et vous allez vous heurtez à de grandes surprises. La jeunesse a ras bol. Notre société connaît des mutations sociales profondes avec : l’échée scolaire, la « harga », la consommation de la drogue et des psychotropes, qui ont atteint le seuil du paroxysme. Notre société frôle l’échec et la jeunesse lance un sérieux S.O.S, conclût M.Mohamed Biz président de l’association jeunesse pour le solidarité et le travail.

Par Abdelkader Berrebiha
Vendredi 24 Avril 2009 - 23:52
Lu 2425 fois
A LA UNE
               Partager Partager


1.Posté par adel le 06/08/2012 06:00
Ok, les jeunes mayahargouch, ils restent ici, sans boulot, sans logements, vivre grace à la retraite du papa, la plupart d'entre eux c'est des licenciés (moi inclus) , méprisés par l'état, n'ayant le droit à rien, une fois je voulais commencer une petite activité commerciale, j'ai acheté des trucs du souk de sidi khattab 'relizane', en rentrant chez moi à Tiaret, je me suis fait arrété par des gendarmes, ils me demandent les factures, je les avais pas, le grossiste chez le quel j'avais acheté ma marchandise n'avait pas de factures non plus car l'importateur lui même ne lui avait pas fournie de factures car ce dernier a fait rentrer sa marchandise de turquie sans la dédouaner car c'est un quelqu'un comme on dit, dzayar ta3ou, alors qui paye cette douane? les petits commerçant comme moi, j'avais perdu 20 millions et vous voulez qu'on reste ici??? ça va pas la tête non? Hamdoulleh maintenant je vis en France, je touche 2500 Euros par mois, Qui est prêt pour un débat??? personne! car vous savez tous que j'ai raison, alors je demande au journaliste qui a rédigé cet article de le supprimer car lui même je suis sure qu'il vit dans la merde et que son salaire ne dépasse pas les 30 000DA (300 euros) ,et qu'il n'arrive même pas à finir le mois dignement. ne soyez pas docile notre état ne mérite pas qu'on soit ainsi. En fait, pourquoi vous ne parlez pas de la gendarmerie nationale et des gardes cotes qui encaissent des pots de vin de la part des grosses têtes qui se chargent de transporter les jeunes clandéstins??? c'est un bon sujet ça aussi.

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+