REFLEXION

" Ma ya Hachmouche..!"

ILS N’ONT RIEN FOUTU DURANT 5 ANS ET ILS SE PRESENTENT ENCORE A LA DEPUTATION

Les législatives sont dans quelques semaines et les APC et APW dans quelques mois, ces dernières au niveau local sont d’une importance capitale, d’où les préparatifs de nos chers élus qui battent dès maintenant le pavé pour se faire réélire, même à coup de millions que l’on distribue à droite et à gauche.



" Ma ya Hachmouche..!"
On aura tout vu, car voilà-t-il qu’élus de l’APC et de l’APW font déjà campagne espérant demeurer éternellement et garder les privilèges que leur a donné cette fonction  pour s’enrichir encore plus. Luxueuses villas, voitures rutilantes, logements de grands standing et autres privilèges, qu’ils veulent garder et se présentent devant le citoyen encore comme si de rien n’était. Il  y a de quoi crier au loup de par l’indécence de ces rapaces, qui se sont sucrés durant leur mandat, se faisant des fortunes colossales sur le dos du contribuable et ce malgré la gestion catastrophique à leur actif, ils osent se présenter pour un autre mandat et faire campagne. Députés, sénateurs pour échapper à la sanction populaire cherchent à se porter candidats sous couvert des partis nouvellement agrées par contre d’autres, se présentent comme candidats indépendants.

« A leur place, j’irais me cacher au lieu d’affronter les regards du citoyen »
 « Qu’ils soient députés, sénateurs membres d’APW ou élus locaux, pris par la fièvre de la campagne électorale vont jusqu’à relancer le citoyen jusque chez lui, on les voit dans les douars et les communes, ils sont présents partout même dans les souks hebdomadaires faisant mille et une promesse. « Ont-ils oubliés, le copinage, les passe droits la bureaucratie, le favoritisme,  les détournements des biens et  deniers publics au profit d’une caste, en plus de la mauvaise gestion qui a frappé cette ville, quant aux autres qui nous représentent au niveau national c’est une calamité car ils ne nous ont rien apporté, nous dira H Mohamed retraité ». « Comme c’est curieux aujourd’hui, ils osent nous courtiser, jusque dans nos quartiers et viennent frapper à nos portes comme des mendiants c’est vraiment honteux nous dira Mohamed un ouvrier en bâtiment ». Où étaient-ils ces élus tous autant qu’ils sont, lorsque  nous avions eu besoin d’eux ou lorsque il y a eu des incidents  durant ces dernières années, s’ils avaient été là en tant qu’élus peut être qu’ il n’y aurait pas eu toutes ces immolations, ce chômage, et nos enfants ne se seraient pas aventurés pour aller au devant de la mort, combien de harraga sont morts et combien ont disparu sans pour autant oublier, tous les autres  fléaux qui ont gangréné la société et qui ont failli faire basculer l’Algérie dans l’anarchie, s’exclamera Bouasria à leur place j’irais me cacher au lieu d’affronter les regards du citoyen ». Ce qui est grave,  c’est qu’ils n’ont jamais été inquiétés malgré les appels des citoyens quant à la prise en charge de ses doléances ni fait un geste pour cette ville devenue une proie idéale de tous les arrivistes. « Je plains  les prochains élus qui seront à la tête par exemple de cette commune, car ils hériteront d’une ville qui a été anarchisé, ruralisée et détruite dans ses fondements mêmes, « Ellah  y a Djhal Rabi Ikoun Fel haoun » car je n’aimerais pas être à leur place ».  « Voyant la réalité pour ne pas parler  uniquement de la ville de Mostaganem, nous n’avons jamais vu le député Si Affif ou le sénateur Lazreg ou les membres de l’APW ou de l’APC, dans aucun des quartiers, cités, bidonvilles, hôpitaux, centres sociaux pour handicapés ou toute autre institution.

Cinq ans de mandat, mais aucun bilan
Mais maintenant que les élections sont quelques jours, on les revoit comme par magie arpenter  les rues de la ville, des villages et des douars, alors que l’état lamentable de la ville illustre les problèmes posés, à savoir : Problèmes d’hygiène, de logements, des bidonvilles, squattage des espaces verts et des trottoirs , anarchie, délinquance, drogue, insécurité, projets en retards, malfaçon dans les travaux, un bâclage au sut et au vu de tous, trottoir mal faits, avaloirs bouchés, ajouter à cela le problème récurrent du marché de l’Ain Sefra qui n’a pas trouver de solution, des ruelles fermées par le marché informel et ou il est impossible de circuler que  se soit à pied ou en véhicule, esthétique des immeubles dénaturé, cimetières saccagés et mal entretenus et pour  couronner le tout nous croulons sous les ordures, des quartiers et des cités entières se meurent du fait de la mal vie qui bat son plein, de par le dépassement de certains citoyens qui se croient au dessus de la loi. Tout cela encouragé par l’inaction de ceux qui sont sensés nous représenter, et que l’on ne voit jamais sur le terrain, nous dira Djillali un ancien fonctionnaire des finances ».  A ce jour nous n’avons jamais entendu, que nos élus tous confondus, ont été soumis  aux divers dispositifs de contrôle et sommés de présenter leur bilan au moins pour se représenter ne serait ce que pour lui demander de rendre compte au citoyen qui l’a élu idem pour le député ou le sénateur. Ce qui es regrettable nous dira Kamel de son état électricien, c’est que pendant les cinq ans de mandat, ces personnes élus par le peuple n’ont jamais fait  l’objet de contrôle que se soit pour ce qui est de la gestion des deniers public et des biens, ni concernant, les contrats passés concernant les projets, les marchés de gré à gré, les travaux nous avons constaté qu’il n’y a pas de suivi et les normes ne sont même pas respectés dans certains cas ». « Le  citoyen est complètement, marginalisé alors qu’il devrait  occuper les places qui lui sont réservées dans la salle du conseil municipal, par exemple pour assister aux débats, mais malheureusement toute  les séances se déroulent à huis clos et il  n’a pas droit de citer, ce qui prouve que la transparence est une expression qui n’a pas cours dans certaines institutions du peuple, ceci concernant la commune maintenant pour ce qui est de nos députés, sénateurs, APW  et APC tout ce fait dans les coulisses surtout que nous sommes à l’approche des législatives ont voit toujours les mêmes qui espèrent se partager le gâteau entre eux quant au citoyen il compte pour du beurre conclura H.  Dahou Professeur en retraite ».

Benyahia Aek
Vendredi 23 Mars 2012 - 11:03
Lu 517 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+