REFLEXION

MOTS POUR MAUX : Relativisme islamique : entre châtiment et récompense



 Mes pensées s'embrasent pour clarifier une idée pré-emballée qui squattait depuis longtemps dans ma tête et j'imagine aussi dans la tête de plusieurs musulmans "ironmanisés par une pensée rigide". Les prédicateurs et prêcheurs musulmans ont deux styles de discours, le premier d'un ton incitateur, pacifiste et chantant les louanges de Dieu, de sa bonté, sa miséricorde et sa récompense aux musulmans " dans l'au delà : le paradis.
Le second style de rhétorique est plus musclé, sévère, dressant un tableau chaotique et promettant châtiment et tortures aux mauvais musulmans. Ces deux styles de prêches s'intitulent en arabe "taerghib w taerhib". Toutefois, ces deux discours ont vécu ensembles ou séparés dans nos esprits nous laissant croire inéluctablement que ceux d'entres nous qui s'inclinent cinq fois par jour et côtoient incessamment les mosquées incarnent les musulmans pieux, gens du paradis. En revanche, ceux accablés par l'excès (alcool, drogue, fornication,...etc) seront destinés aux ténèbres de l'enfer. Ne serai-ce pas " stéréotypée" ? C'est donc plus des jugements de valeurs qu'on traine avec nous en étiquetant les personnes ou pire prévoir leurs destiné comme gens du paradis ou de l'enfer. Le prophète Mohamed paix à son âme dans un hadith connu parle de "l'intention", en arabe " El neya" et que tout acte est précédé par une intention enfuie en nous-mêmes et dévoilée à Dieu car Dieu lui-même est plus proche de nous que notre artère (hable El warid). Devant une tombe, Mohamed paix à son âme affirmant à ses compagnons que cette âme est dans la tourmente car en étant en vie elle ne cessa de calomnier sur les gens. L'histoire aussi connue de l'homme qui abreuvant un chien assoiffé fut au paradis. C'est donc relatif mais sans pour autant dénigré la valeur de nos actes et rites musulmans. Il faudrait avoir une certaine sagesse à concevoir et percevoir les maux sociaux comme étant des examens divins constants et non pas des malédictions car miséricordieux il est ici-bas et le restera dans l'au-delà.

 

MEHDI Tarik Abdallah
Mercredi 28 Septembre 2016 - 18:56
Lu 297 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+