REFLEXION

MOTS POUR MAUX : Réformer, c'est dangereux.. !



On savait que la période de transition serait compliquée, mais on ne s'attendait pas à ces désordres qui ont littéralement saboté l'esprit d'une Algérie modèle qui commençait à être citée en exemple dans le monde entier. Mais l'ambition de quelques-uns et leurs appétits de puissance ont gâché la fête en attisant et en manipulant un processus de revendications excessives qui ont mis le gouvernement sur la défensive, détériorant volontairement son action. Pouvons-nous encore sauver cette nouvelle ère avant qu'elle ne tombe dans les ornières tragiques de l'histoire et ressembler ainsi à toutes les tragédies qui ont suivi toutes les réformes ? Pouvons-nous garder notre spécificité en réussissant notre transition démocratique en sachant marier toutes nos ambitions dans un consensus salvateur basé sur la raison et la mesure ? Il semble enfin que nous nous acheminons vers un consensus après le dernier discours de Monsieur le président qui a tracé une feuille de route claire avec des réformes politiques. Malgré cela, il faut faire beaucoup d'efforts pour cultiver une certaine forme d'optimisme car, au vu des débats multiples auxquels nous avons assisté à la télévision, on entend tout, le meilleur et trop souvent le pire. On entend des démagogues exprimer avec une arrogance désespérante leur conviction de détenir la vérité comme si l'Algérien allait transcender les extrêmes qui menacent son avenir. Je peux l'avouer, je crains deux idéologies qui font peser de grandes menaces sur l'Algérie, l'islamisme et l'extrême gauche, car elles ont pour vocation naturelle, si elles obtiennent une majorité, de changer la société et d'imposer leur point de vue. Elles peuvent se parer de toutes les vertus démocratiques mais il y a dans leur logique interne un extrémisme qui ne laisse pas de place au dialogue. Toutes deux énoncent des diktats idéologiques du genre : il n'y a qu'à… Pour la première, il n'y a qu'à, sur le plan politique… obéir à Dieu alors qu'en réalité il ne s'agit que d'obéir à des hommes qui se croient investis du rôle de représentants de la parole divine. Pour la seconde, il n'y a qu'à… appliquer des solutions qui ont échoué partout dans le monde en tombant parfois dans les pires tragédies de sinistre mémoire. Il est difficile de faire de la politique avec des révolutionnaires car ils ne sont pas aptes à faire des compromis. Le plus désespérant est que, dans ces deux idéologies, il y a des inspirations généreuses mais qui sont déviées immanquablement par l'imperfection qui s'est tapie au cœur de l'âme humaine et qui a corrompu toutes les expériences qui se sont inspirées de ces modèles.

Charef Slamani
Mercredi 21 Septembre 2016 - 18:54
Lu 369 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+