REFLEXION

MOTS POUR MAUX : Les propres ne se lavent jamais



Nul besoin de s’enfoncer dans la religion musulmane et nos traditions et coutumes pour savoir que la propreté de nos quartiers et nos ruelles est un devoir de tout musulman et un acte de civisme.
Beaucoup d’exemples et des questions nous interpellent à chercher le fond de ce mal, mais limitons-nous plutôt aux faits que nombreux sont ceux qui ne réagissent pas, comme s’ils avaient perdus la valeur d’exister où ils se sont habitués à vivre dans la saleté.
Les partisans du moindre effort se plaignent toujours  des autorités qui les tarabustent à longueur d’année de bien vouloir nettoyer auprès de leur pas de maison, mais ces derniers se défendent avec fermeté pour dire que cette tache ne leur incombe pas et c’est aux autres de le faire car  ils sont propres de naissance et que selon eux les propres ne se lavent jamais et que ceci relève du rôle des pouvoirs publics et plus précisément des collectivités locales. Mais malheureusement c’est leur culture Allah Ghaleb!   
C’est honteux, frustrant et désolant de voir que ces rurbains puissent avoir une telle culture et   que notre pays  après plus d’un demi siècle d’indépendance et des caisses pleines à craquer,  ne puisse pas jusqu’à l’heure actuelle trouver une solution radicale  et adéquate à ce problème très grave  qui est le manque d’hygiène qui asphyxie nos villes  par ces décharges à ciel ouvert dans toutes les villes d’Algérie sans exception   et même la capitale Alger qui jadis était surnommée « Alger la blanche » soit noircit  par la pollution.  Mais qui peut-on incriminer dans ce cas : le peuple ou l’Etat ?  Nous dirons que les deux sont coupables en même temps à savoir que le peuple l’est par son incivisme et son laxisme  qui vu sa maturité, est responsable  et ne pourra être plus discipliné que par un Etat fort usant de toute son autorité sur les récalcitrants. Par ailleurs, l’Etat ayant tout le pouvoir de décisions pourrait au lieu de dépenser des sommes colossales pour ramener des stars qui ne sont d’aucune utilité publique investir une part de cet argent pour doter les A.P.C   de matériels de dernière  génération et valorisé l’éboueur en le rémunérant en conséquence car ce métier est avilissant  comme cela se fait dans les pays occidentaux où l’éboueur  est le mieux rémunéré  et étant motivé financièrement pourra faire un travail de qualité  tout en  n’oubliant pas de procéder à des campagnes de sensibilisation  et par la même sanctionner tout contrevenant à l’exemple de la Turquie  qui lorsque  Ordogan  prit le pouvoir  commença tout d’abord par nettoyer les villes turques  en priorité  et c’est ce que nous devons faire  en premier car dans l’état actuel de nos villes, nous ne sommes pas prêts de recevoir des touristes de sitôt.

 

ADEL
Mardi 26 Juillet 2016 - 19:17
Lu 413 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+