REFLEXION

MOTS POUR MAUX : La société du spectacle



Le début du printemps arabe en Syrie a été pris en charge par une propagande d’Al Djazeera (Qatar) qui faisait passer par son et image que la République Arabe de Syrie était une dictature sanguinaire qui méprisait le Peuple et était loin de servir l’intérêt général. Al-Jazeera TV mettait sur son écran la légende des enfants de Deraa, torturés par le régime d’Al Assad. Pour mieux et bien illustrer la cruauté de ce régime, les propagandistes en images préciseront qu’on leurs avaient arrachés les ongles. Aucun journaliste d’investigation à l’époque n’a trouvé de trace de ces enfants. Une chaine TV(BBC) avait diffusé l’interview de ces deux enfants, ils avaient toujours leurs ongles intacts. La Syrie était l’ennemi N°1, elle donne lieu à une avalanche de propagande. Et le témoignage visuel des enfants est porteur car personne n’accepte de nature, de voir souffrir des mômes, par conséquent, enfants sont une matière pour la propagande de guerre.  Cette situation s’est avérée que les hommes sont largement et facilement manipulables, c’est une sorte de diffusion de croyances qu’on ne peut se permettre de critiquer et sur lesquelles on ne peut pas revenir. Il ne s’agissait plus simplement de convaincre, mais de modifier les références de l’opinion publique. Il s’agit de savoir maîtriser les nouveaux moyens de communication tels : la TV, la radio, le cinéma et les gazettes. L’importance de la répétition, du « bourrage de crâne », pour vaincre les résistances intellectuelles. La propagande s’est amplifiée à l’ère des satellites et du numérique, ce qui a permis de mettre en place la société du spectacle, puisque la télévision est un spectacle, la propagande suppose d’abord l’organisation d’événements spectaculaires. Comme au temps de la de l’invasion du Koweït la mise en scène via l’audition d’une soit disant infirmière qui affirma avoir vu les soldats irakiens voler les couveuses d’une maternité koweïtienne en laissant mourir des centaines nourrissons qui s’y trouvaient. La manipulation atteint la perfection lorsqu’elle donne à voir longuement et à répétition le message, invite les spectateurs à y adhérer forcement, puis leur révèle qu’on les trompe et les contraints à poursuivre ce qu’ils savent désormais être un mensonge. D’ailleurs, toutes les guerres ont été fabriquées à partir d’un mensonge préfabriqué d’Afghanistan, d’Irak, de la Libye, du Liban…… Nous vivons aujourd’hui dans une société nouvelle de consommation de communication à outrance où l’image comme produit consommable par excellence vaut plus que toutes les lotions hypnotiques magiques. Il a fallu tout simplement d’une photo particulièrement émouvante et bouleversante prise par une journaliste d’une agence de presse turque ce 02 septembre 2015 sur une plage tranquille turque, près de Bodrum, pour perturber cette tranquillité en remuant un fait et puis secouer le monde, et plus particulièrement l’occident. C’est la Turquie qui les a chassés par l’intermédiaire de Daech  Nosra et compagnie du mal de Syrie, pour enfin les accueillir inhumainement et  en grande pompe sur son sol, déjà plus deux millions de réfugiés ; une forme d’humanisme crapuleux et hypocrite.

Mohamed Benallal
Samedi 27 Août 2016 - 17:51
Lu 205 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+