REFLEXION

MOTS POUR MAUX : L’incivisme de citoyens civilisés



Manque de civilité, mauvais comportement, propos qui manquent de courtoisie, arrogance, impolitesse, égocentricité: des qualificatifs qui décrivent une réalité amère quotidienne vécue par les habitants dans certaines de nos villes dont la réputation se ‘’détériore’’ progressivement devant l’indifférence totale de certaines autorités concernées qui ne mesurent pas la gravité de tels actes inciviques, dont les conséquences peuvent être fatales. Un syndrome des villes  dont l'image reflète des paysages qui suscitent  des désillusions chez les citoyens qui découvrent la vraie face cachée de certains de leurs concitoyens inciviques. Il ne faut pas être myope pour constater que nos rues sont sales, que nos bus sont bondés, que notre environnement est pollué, que nos boulevards et nos espaces de repos sont squattés où s’étalent des produits  et des aliments périssables destinés à la consommation  et qu’on est obligé de ‘’consommer ‘’et la liste peut-être longue. Il existe aussi des incivilités en matière d’hygiène, dans la manière de parler, de discuter et dont la signification peut perturber la quiétude des personnes de passage qui n’osent plus faire des remarques, craintes obligent en d’autre terme, éprouvant de la peur. On pourrait aussi discuter de ces gestes déplacés qui dérèglent l'ordre public, dont hurlements, cris, improvisation de bagarres, insultes, agression verbale et physique, provocation, vols….Faut-il encore parler de ces crachats, de ces bouteilles remplies d’urine jetées ça et là , un peu partout, ou par exemple de certaines  ordures attendant d’être enlevées et qui salissent les panoramas et défigurant les paysages jadis agréables et charmants de nos cités et villes ? A la question de savoir qui est responsable, tout le monde est innocent et s’accuse mutuellement, et les réponses sont toutes prêtes : ‘’ Ce n’est pas moi, ‘’c’est lui’’, ça doit être l’autre et vis-versa. Tout le monde a tort et tout le monde a raison dans cette drôle de civilisation incivique où presque tous les interdits seraient permis et tolérés. Face à ce problème de société, les plus sages, se demandent où se situe la responsabilité de chacun et quelle pourrait être la solution?  Alors, que pouvons-nous vraiment dire de nos jours sur l’éducation des citoyens ? Une question que se posent l’ensemble des algériens qui voient impuissants leurs enfants sombrer dans l’incivisme, pour cause, la mauvaise prise en charge de l’éducation, une discipline très ‘’vulnérable et épineuse’’ et  qui est l’un des piliers nécessaires au comportement de l’individu.  Ce qui est sûr c’est que certains de nos jeunes sont inconscients et ne mesurent pas les conséquences d’une telle dérive incivique. Pourrait-on accuser les parents de n’avoir pas su prendre en charge leurs enfants, ou peut- être l’école, ne serait-ce pas l’environnement sociétal …  Un tel constat fait craindre le pire quant à l’avenir d’une majorité de nos enfants, de nos jeunes.  L’inquiétude est également très légitime, et est bien fondée  en raison des esprits de nos enfants qui sont déstabilisés par ces comportements qui favorisent l’incivisme.

B. Adda
Lundi 10 Octobre 2016 - 18:50
Lu 1474 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+