REFLEXION

MOTS POUR MAUX : L’Aid El Adha entre valeurs morales et déchéance humaine



Quand une société et de surcroit musulmane perd ses valeurs morales ainsi que sa raison de vivre pour lesquelles  elle a été créée car personne n’a été créé sur terre pour rien, il a un objectif qu’il doit atteindre.  Les sociétés musulmanes  après la chute de la civilisation musulmane  en Espagne après 1492, les musulmans  qui ont prêché la religion monothéiste de l’Islam jusqu’en Asie et à travers le monde et où le savoir et la créativité étaient leur fort, certains d’entre-deux se sont malheureusement atrophiés et  tout s’est atrophié avec eux et de là commença la chute de toute une civilisation. Et depuis ce jour,  il y a une partie de la société qui ne pense plus, qui n’innove pas par le manque de production d’idées nouvelles et donc pas adulte pour s’émanciper, une des conséquences de la tutelle  occidentale en silence. C’est à partir de là que nous avons inversé les  vraies valeurs  du monde des idées au monde matériel à savoir que nous avons par manque de culture et de savoir opté pour le monde matériel et donc on a stagné dans le monde du choséisme. On est devenu un parasite social, ne rien produire et attendre tel un handicapé tout ce qui vient de l’Occident. Nous avons choisi la civilisation du tube digestif. Jusqu’à quand resterons-nous comme cela. Mais c’est inévitable car une société qui n’avance pas  recule et devient moyenâgeuse.   Je  me rappelle avoir dans un passage sur une revue  d’histoire  qu’une femme du Moyen-Orient  qui lors d’un voyage en Espagne et plus précisément en Andalousie accompagné de son jeune fils  et lui fit visité les merveilles de toute une civilisation qu’avaient  abandonné ses ancêtres, quand tout à coup, elle le vit pleurer, elle lui répliqua avec amertume ‘’ Pleures en femme, pour ce que tes ancêtres n’ont pas su défendre en hommes’’. A travers cela, nous constatons malgré nous que tout ce qui a trait à la civilisation musulmane a été effacé par le fait que nous avons renié notre identité arabo musulmane et choisi la culture occidentale qui nous a déculturalisée.  Même nos fêtes musulmanes ont changé. Jadis par exemple, nos Aids qui trouvent leurs sources dans le livre saint du ‘’Coran’’ et dans  la Sunna du prophète Mohamed (qsssl) étaient fêtés avec une telle spiritualité et d’une rigueur que personne n’osait profaner car nous étions plus riches par  la richesse spirituelle malgré que l’on vivait dans la précarité la plus totale mais nos valeurs étaient incrustées en nous  comme l’amour du prochain, la sérénité, l’hospitalité et le riche parmi nous aidait le pauvre et s’inquiétait pour lui et partageait tout avec lui ses joies et ses peines et ne pouvait faire la fête sans son voisin. Par contre, actuellement, ce climat mystique n’existe plus, et nos fêtes se passent dans l’indifférence totale et n’a plus cet aspect religieux et de vénération tel que l’on le vivait jadis et s’est plutôt matérialisé et devenu  une fête  à huis clos, vidée  de toute sa spiritualité et considérée comme une aubaine pour s’enrichir,  pour se montrer qu’il est plein aux as et qu’il peut tout se permettre et le comble de la bêtise c’est de voir le pauvre diable qui pleurniche sur la hausse  des prix, mais qui préfère s’endetter à crédit pour ramener le mouton. Quand au sort de notre jeunesse qui voulait vivre à l’occidentale, trouvent un malin plaisir  d’utiliser les réseaux sociaux  pour  faire passer en ridicule cette fête sacrée qu’Allah nous a offert pour  nous recueillir et s’imprégner  de dévotion à Dieu par des prières afin de bénéficier d’une place au Paradis car la mort n’est point la fin d’un chemin, mais c’est une station parmi d’autres vers l’infini.

Benyahia El Houcine
Vendredi 9 Septembre 2016 - 17:19
Lu 234 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+