REFLEXION

MOTS POUR MAUX : Ils sont tous là, et nous sommes encore las !



Finalement, nous  ne devons plus  nous  plaindre, nous sommes le peuple le plus assisté du monde, et malheureusement le plus  fainéant à travers la planète! Depuis l’indépendance, nous avons  acquis la manie de ne rien faire , sauf jacasser et depuis nous avons eu le plus grand complexe sportif avec des sportifs sans complexe ( Betrouni et le fameux Lalmas ) et un grand parti unique en son genre, qui décidait à notre place et de tout puisque nous étions incapables de lever le petit doigt . Il décidait de qui pouvait travailler dans une entreprise, de qui pouvait enseigner à l’école , de celui qui était apte à avoir une maison, de celui qui était plus patriote que l’autre et tant d'autres  qui pouvaient postuler à un poste « en haut » , et aussi de qui était Algérien et qui ne l'était pas. Nous, nous étions appelés à ne rien faire, sauf la chaîne pour une douzaine d'œufs et surtout de ne rien dire et faire, seul l’agent était appelé à décider encore pour nous, il était le chef  du « prisunic »ou du  « souk el fellah » où il n’y avait aucun fellah, il faisait la pluie et le beau temps dans ces lieux où tout se rationnait et se vendait sous le comptoir. Ce monsieur était le plus respecté, le plus courtisé dans sa cité ou son douar, il était le plus visité dès la tombée de la nuit. Il mettait  fin à toute forme de  pénurie, il débrouillait le beurre,  la tomate en boite, le fameux paquet d’Isis et surtout le rare  paquet du « Lion » (café de l’époque). Il distribuait  tout sous le manteau, juste contre de petites commissions.  C’était le temps où rien ne roulait sans avoir des connaissances partout et où  malheureusement  un  tout petit  rien  nécessitait l'intervention « d’un moins que rien » qui  malheureusement se prenait pour le centre  du monde. Aujourd’hui, tout a changé, mais nous continuons de ne rien faire, le bon vieux temps des pénuries  a pris fin, tout est disponible à profusion grâce aux autres, qui sont venus nous secourir. Les Chinois sont là pour nous construire des routes, des logements et bientôt pour travailler nos terres. Les Français sont revenus et sont  là pour nous construire des voitures, les Anglais sont là pour forer davantage le Sahara, pour un plus de puits de pétrole, les Indiens sont là pour ne pas chanter, mais  pour réaliser des lignes électriques de très haute tension d’un coin à l’autre. Et nous, nous continuons d’être encore et toujours las.

L. Ammar
Mercredi 12 Octobre 2016 - 17:32
Lu 639 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+