REFLEXION

MOTS POUR MAUX : Faire la différence entre « la » politique et « le » politique…



L’immense majorité des gens qui s’intéressent à la politique n’ont pas la moindre idée de ce qu’est la politique. Malheureusement, de la plupart des hommes politiques même qui adhèrent aux partis politiques n’ont pas appris la différence entre la politique et le politique.
On leur a seulement parlé comment faire des coups bas pour écarter les honnêtes gens et devenir députés, maires ou autres, une pratique qui est devenue un slogan pour tous les pseudo-politiciens. La plupart d’entre eux s’imaginent que la politique se réduit à une gestion inspirée du management d’un nombre de structures politiques et l’administration d’un nombre de militants.  C’est, là, confondre le gouvernement des hommes avec l’administration des choses. Et là l’erreur, oublier cette machine d’adhérents et de structures après les élections jusqu’à que cette machine soit rouillée, et à la veille des échéances, ils courent chercher un mécanicien pour dégraisser cette machine qui n’est bonne que pour la ferraille. Avec une telle optique, il n’y aurait pour chaque problème politique qu’une seule solution optimale : « Il n’y a pas de continuation ni d’alternative » un mot d’ordre typiquement impolitique.  En politique, il y a toujours des alternatives parce qu’un même fait peut toujours être jugé différemment, selon le contexte et les critères d’appréciation retenus. Ses acteurs de gestion d’impolitique croient encore que les fins du politique peuvent être déterminées par des catégories qui lui sont étrangères – économiques, esthétiques ou morales par exemple. Alors qu’en réalité, chaque activité humaine a sa propre finalité, sa propre morale et ses propres moyens. Dire qu’il y a une essence du politique, c’est dire que la politique est une activité consubstantielle à l’existence humaine au seul motif que l’homme est, par nature, un animal politique et social, et que la société ne dérive pas, contrairement à ce qu’affirment les pseudo-politiciens. Notre politique à nous dans le groupe Amis qui aiment réflexion, est l’activité sociale qui se propose d’assurer par la force, généralement fondée sur le droit, d’une unité de la société civile particulière en garantissant l’ordre au milieu de luttes qui naissent de la diversité et de la divergence des opinions et des intérêts communs tout en préservant la concorde intérieure entre le mouvement associatif . La politique n’est pas un intervalle de temps, une milice appelée à voter pour disparaitre après, mais une dimension de la vie sociale. Elle n’est pas un moyen gouverné par la raison, mais un art gouverné par la sagesse et la prudence et s’appuie sur le droit.  La politique ne se fait pas avec de bonnes intentions, mais en faisant un choix politiquement malheureux, sans agir moralement nous subirons les conséquences de notre ignorance. Parce que la politique est le royaume du commun, c’est la raison pour laquelle l’égoïsme est l’essence du politique, puisqu’il ne connaît que des intérêts particuliers.  Enfin, si vous voulez nous taxer par la politique, dites alors que nous sommes les défendeurs d’une politique honnête, qui tire sa moralité d’une société civile consciente et responsable qui fait la différence entre un mandat politique rémunéré et un pacte politique bénévole.

 

Riad
Dimanche 25 Septembre 2016 - 18:48
Lu 220 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+