REFLEXION

MOTS POUR MAUX : ‘’El Hamdoulellah’’



Un très joli mot qui a son pesant d’Or, soulageant également,  il est très prononcé par les malades chroniques, ces être exceptionnels, qui sont pareils à nous, peut-être meilleurs que nous, pour eux cancer, tumeur, asthme, diabète… ne sont plus que des  mots qui désignent, certes  une maladie grave, une pathologie  qu’il faut traiter et soigner  comme une simple grippe.  Ce qui est extraordinaire, chez ces êtres exceptionnels, ces exemples qui mènent un combat sans relâche contre ces pathologies, c’est leur foi en Dieu, ils vous répondent ‘’El Hamdoulillah’’ oui, ‘’ El Hamdoulillah’’ quand  vous les questionnez sur l’état de leur santé, une réponse très sincère qui vient du plus profond de leur âme et d’un  cœur dénué de toute hypocrisie. Pour eux, ‘’ El Hamdoulillah’’ c’est  très ‘’soulageant’’  ce qui bien sûr apaise leur esprit et le notre. Malgré leur souci, ils luttent  sans relâche, attendant d’autres jours meilleurs, vu  que leur grand espoir de guérison réside en Dieu, l’unique. Ils ne baissent  jamais les bras, ils ne s’avouent pas vaincus, ils vivent avec l’espoir de guérir un jour, une majorité d’entre eux ont certes guéri, et d’autres sont en voie de guérison  en raison de leur foi et croyance en Dieu. Il nous arrive de les rencontrer, comme le veut la tradition médicale au niveau des centres de soins, des hôpitaux … pour des consultations et : ou contrôle, … assis, parfois groupés ensemble, on les voit se réconforter les uns les autres. Ils sont de tous les âges, ils sont jeunes et vieux, ils sont  filles et garçons, très ordonnés, disciplinés, polis,  propres, patients, calmes, attendant leur tour d’être auscultés, de savoir où en est leur stade de guérison. Parfois, quelques uns parmi eux paraissent soucieux, essayant quand même de cacher leur angoisse, ne laissant rien apparaitre pour ne pas ‘’affecter’’ leurs semblables où inquiéter les parents, amis … afin de ne pas ajouter davantage à leur angoisse et stress. Combien de fois avions-nous discuté avec eux ? Combien parmi eux nous ont aidé à accepter cette réalité, cette vérité de ce qui arrive n’est pas une fatalité, loin de la, puisque le tout puissant a départi la durée de vie bien déterminée pour chacun de nous. Côtoyer, ces êtres formidables, c’est apprendre ce qu’est la foi en Dieu, notre seigneur à tous, apprendre également à être patient, à accepter son sort, à s’entraider, à se solidariser …, à s’aimer les uns les autres. Et plus les rencontres se multiplient, plus on a hâte de les voir et revoir, ne serait-ce que pour une matinée, juste le temps d’une visite, de les savoir en meilleure santé, de les approcher, de les tutoyer, de leur dire un mot gentil,  car qu’on le veuille ou non, ils sont notre famille, nos parents, nos frères et sœurs. Très sincèrement, on les admire pour leur courage, leur sincérité, leur franchise, leur ténacité, leur simplicité, leur combat continu ... El Hamdoulellah , ’’je remercie du fond du cœur toutes les associations et bienfaiteurs  qui nous aident beaucoup à surmonter les effets et affres de ces pathologies angoissantes et très couteuses.

Benyahia Adda
Mercredi 7 Septembre 2016 - 19:12
Lu 377 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+