REFLEXION

MOSTAGANEM - VALLEE DES JARDINS : Des conditions de vie lamentables

Les habitants de quartier «Valée des jardins» déplorent leurs conditions de vie et interpellent les autorités locales afin de mettre un terme à leur calvaire quotidien caractérisé par un environnement dégradant, insalubrité et des routes impraticables.



MOSTAGANEM  - VALLEE DES JARDINS : Des conditions de vie lamentables
Visité ce quartier, est dans un état déplorable, empirant de plus en plus, surtout avec les pluies qui se sont abattues ces derniers jours ce qui fait que la boue a investi les lieux, devenant impraticable. Toutes les rues  et ruelles du quartier sont devenues inaccessibles, et les habitants doivent faire des détours et longer les murs pour arriver à regagner leurs domiciles. Pour les enfants qui doivent rejoindre l’école, ils doivent s’armer de courage, pour trouver le moyen de passer, car la  circulation est pratiquement impossible et si par malchance ils tombent, ces derniers se retrouvent dans des situations quasi dramatiques vue la stagnation et flaques d’eau. Celles-ci parfois sont tellement profondes, que le risque et d’autant plus grand avec le froid qui peut être la cause de maladies tels que : La grippe ou la pneumonie.  Dans ce contexte les enfants de ce quartier doivent porter des bottes car c’est la seul façon de pouvoir entamer cette randonnée, pour aller à l’école, aussi pour ces élèves c’est le parcours du combattant dés le matin, aussi ce n’est pas une partie de plaisir mais une aventure pleine d’embuche, de glissades et de chutes devenues le quotidien. Il n’y a aucune route, ou trottoirs ou accès aménagés, pour les habitants qui ne comprennent pourquoi rien a été fait en ce qui concerne les travaux qui tardent et qui se font languir. La seule route  goudronnée est l’autoroute jusqu’à l’entrée du quartier, mais à partir de là c’est la piste jusqu’au quartier. Pour ce qui de l’accès situé à proximité du centre équestre aucun  travaux de réaménagement si ce n’est qu’un tronçon goudronné, pour faire croire  aux passants que celle-ci se prolonge jusqu’à l’intérieur du quartier.  C’est une façon de bluffer les responsables disent-ils. Même les citoyens  véhiculés éprouvent des difficultés à circuler, surtout  quand il pleut. Les citoyens ne supportent plus cette situation et veulent que leurs doléances soient prisent en considération, ils ont décidés de saisir le wali, suite à la déception ressentie et la non prise en charge, par les autorités des problèmes soulevés. D’autres citoyens nous ont interpellé sur les fuites d’eau, fréquentes et ce à chaque coin du quartier, malgré que les citoyens eut  signalé aux responsables concernés pour y remédier, à l’instar des coupures de courants très  fréquentes et qui durent parfois trois jours et trois nuits. Selon le propriétaire d’un bain-douche, cette situation l’a  pénalisé du fait des coupures de courants, perdant ainsi  la clientèle, et nous a déclaré vouloir vendre et partir car il n’arrive plus à assumer les charges et payer ses impôts, dit-il et regrette d’avoir fait un tel investissement! Enfin un autre nous dit on voudrait bien rester loin de la ville et éviter l’encombrement mais apparemment c’est la façon de gérer qui pousse les gens à fuir les villages et se réfugier au centre ville, d’où les problèmes et l’encombrement de l’asphyxie de la cité, voila une réflexion à prendre en considération…   

Mihoub
Lundi 20 Décembre 2010 - 11:13
Lu 1341 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+