REFLEXION

MOSTAGANEM : Où va l’argent des associations ?

Des préoccupations consistent à se poser cette question à savoir si la Kyrielle d’associations agréées, toutes tendances confondues, s’acquitte des objectifs assignés.



MOSTAGANEM : Où va l’argent des associations ?
Ont- elles réellement honoré leurs missions en passant le message à la frange de la population qu’elles ont ciblé ? Ont-elles apporté aide et assistance, au moment opportun, à la couche de citoyens dans le besoin ? Ont-elles rempli leur rôle de prévention de vulgarisation et sensibilisation sur les volets néfastes et négatifs qui menacent quotidiennement la vie de la population ? Enfin, ont-elles apporté leur contribution pour relever un niveau culturel en décadence ? Malheureusement, on peut tout contrôler, sauf la concrétisation de ces objectifs sur le terrain. Ainsi, lors de la distribution des subventions financières par les institutions de l’Etat, certaines associations à tort ou à raison, ont crié à l’iniquité et à l’injustice, arguant que la manne financière octroyée ne couvre que partiellement leurs activités et que leur plan d’action en sera perturbé. Parlons-en de ces activités ! « C’est facile de tenir un bilan de comptabilité avec la collaboration de certains experts en colmatant des brèches avec divers procédés louches pour présenter, en fin d’exercice ou à d’éventuels contrôles, un bilan financier aussi imperméable que la muraille de Chine. Mais le résultat, à part les calculs d’épiciers a- t- il- réellement été obtenu ? » S’interrogera un citoyen sceptique. Les activités de certaines associations, et elles sont nombreuses, se manifestent uniquement lors du mois du carême à des occasions précises. Certaines font venir, malgré eux, des jeunes un peu perdus dans une salle pour leur assener des conférences ou des débats plus au dessus de leurs capacités intellectuelles, alors que seul l’aspect matériel pouvait les intéresser. Certaines, sous le sceau de la vulgarisation du sport en milieu populaire, organisent des compétitions sportives de proximité où chaque participant doit s’acquitter d’une somme. L’enjeu est si dérisoire que les lauréats ont honte de lever leurs trophées. La satisfaction provient de quelques associations, peu nombreuses, malheureusement, qui ne cessent de se faire remarquer par un travail aussi utile que continu. Une question se pose, si les montants des subventions allouées par l’Etat sont précis et contrôlables à tout moment, qu’en est-il des dons et autres cadeaux gracieusement offerts par les généreux donateurs ? Alors parfois l’esprit du contribuable, est taraudé par certaines questions, car n’ayant pas un éclairage suffisant sur certaines pratiques que n’expliquent pas des réponses fournies lors de manifestations ponctuelles. Ces réponses ne font que le renforcer dans son scepticisme.

T.B.Aek
Mardi 6 Septembre 2011 - 22:01
Lu 471 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+