REFLEXION

MOSTAGANEM : Mendicité : De la nécessité au professionnalisme !

Malgré la lutte contre la mendicité, un phénomène social qui a tendance à se développer, son ampleur ne cesse de grandir de jour en jour, touchant très particulièrement les couches défavorisées, et aussi également certaines personnes qui s’en servent comme un mode de vie, en le pratiquant purement et simplement, comme « métier » si rentable…. !



Malheureusement, à l’instar d’autres villes du pays, Mostaganem, cette perle de la Méditerranée n’a pu échapper à ce phénomène sociétal qui s’est accru ces derniers temps. Surtout, avec  la venue de centaines d’immigrés subsahariens  et autres également syriens, pour des raisons connues par tous, oui un phénomène qui a tendance  également à se développer et à devenir  un créneau  si juteux, qui rapporte gros, pour certaines personnes qui  n'hésitent pas à en faire un métier ou une profession qui ne déçoit plus, et qui se pratique hélas comme tous les autres métiers. Certains « faux –mendiants » semblent opter délibérément pour ce choix, qui les arrange et leur permet de gagner mieux qu'un fonctionnaire.  Selon une enquête menée par le journal « Réflexion », certaines déclarations de citoyens sont plus révélatrices sur les tendances de ce fait social. En effet, quelques mendiants « professionnels paraissent avoir opté pour le choix de ce « métier » qu’ils pratiquent pour les gains conséquents qu'il génère. Ces derniers viennent souvent de la banlieue et d’un peu partout pour occuper les places publiques et les lieux les plus fréquentés par les passants, comme (les mosquées, le marché public, les rues commerçantes, etc..) abusant de la naïveté des personnes aux cœurs charitables en leur racontant des tas de balivernes pour leur soutirer de l'argent. D’autres n’hésiteraient pas à recourir à la « location » de jeunes enfants innocents et également à d’autres « astuces » du métier. En ce sens, une dame désirant garder l’anonymat, a souligné que des femmes chiquement vêtues, pénètrent au sein de l’immeuble où elle habite, se débarrassent de leurs bijoux et se métamorphosent en mendiantes. Un autre, un étudiant a ajouté qu’une « fausse mendiante «, a fini par se faire démasquer, en utilisant un « bébé » qui ne pleure point et surtout qui n’a jamais grandi au fil du temps ! Un autre citoyen a affirmé qu’une autre jeune « mendiante » se faisait passer pour une étrangère, ne cessant de soutirer de l’argent aux passants. Tous ces témoignages prouvent que la mendicité « professionnelle» laisse apparaitre plusieurs indices qui démontrent que ce fait de société a tendance à se développer et se propager, montrant que certains individus, n'hésitent pas à recourir à ‘’ toutes formes de secours’’, qui reste un délit qui ne se punit pas encore. En attendant, sa pratique continue à se manifester au fil des jours et représente malheureusement une menace pour le développement harmonieux de la société.

L.Ammar
Samedi 25 Mars 2017 - 18:05
Lu 408 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 20-09-2017.pdf
3.55 Mo - 19/09/2017





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+